[Donjon - Event] Les galeries funestes

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Aller en bas

Re: [Donjon - Event] Les galeries funestes

Message  Dovamun le Sam 10 Juin 2017 - 10:03

La descente de cet escalier semblait sans fin. Plus nous avancions, plus il faisait noir. Il fallait progresser avec prudence, car les marches devinrent invisibles dans ces ténèbres et il serait malheureux de trébucher bêtement sur une marche et de toute dévaler pour s’ouvrir le crâne à la fin. Je ne comptais pas mourir à cause d’un stupide accident comme on trouverait chez nous. La porte d’entrée n’était plus qu’un simple point de lumière indiquant d’où nous venons, mais sa lumière ne fut suffisante pour nous éclairer. Mais nous n’allions pas sortir de suite, nous venions à peine d’arriver. Je jouais avec mon bâton pour tâtonner le sol et repérer les marches pendant un bon moment, sérieusement, cette descente m’a un peu fait perdre la notion du temps comme nous avancions si lentement. Mais au moins, nous arriverons au bout sans égratignure et mort imminente, du moins je l’espérais.

Phénomène étrange, l’armure de Garràn semblait magique. Elle brillait de plus en plus à mesure que nous descendions dans les ténèbres. Enfin, soit elle est magique et obtenue en pillant une tombe ou un lieu magique, où il s’agissait d’un effet naturel avec un jeu de lumière. Dans les deux cas, nous ne passerions pas inaperçus s’il fallait se montrer discret en passant à travers la tanière d’un monstre ou si une armée de morts-vivants se trouvaient en bas de l’escalier. À moins qu’il ne soit un très bon guerrier et qu’il arrive à massacrer une horde d’ennemis à lui tout seul, ce serait rassurant.

Garràn – Regardez ! Les murs !

Tournant la tête, je vis en effet ce que désirais me montrer l’aventurier. Il s’agissait de symboles, orné de cristaux et minéraux leur donnant une lueur bien faible. Malgré la luminosité de l’armure de Garràn et celles des symboles, il mettait bien trop difficile de recopier quoi que ce soit dans mon livre. Dommage. Je me mis à les caresser délicatement, hypnotisé par la clarté de ces symboles. Au toucher, c’était légèrement chaud. Mais s’ils étaient chargés en magie, je n’en ressentais rien, à moins que leur énergie soit en sommeil. Si tel était le cas, quelque chose par ici devrait réactiver leur magie. Ne pouvant pas faire grand-chose ici, nous continuions à descendre jusqu’à ce qu’enfin, nous touchions un sol plat. Une pièce ! Mais impossible d’y distinguer quoi que ce soit, à moi de me servir de Garràn comme torche humaine. Soudain, un déclic se fit entendre, suivit d’un son semblable à un souffle. Au bout du couloir, des lueurs violettes s’allumèrent et d’autres aussi prirent vie et cela remontait jusqu’à nous. La salle fut en quelques secondes baignait dans une lueur violette grâce à des torches et braseros éternels. Une conception Drow si je ne m’abuse.

Dovamun - Voilà qui est mieux. Disais-je tout souriant.

Bras croisés dans le dos, je fis le tour de la salle. Un immense espace dont le toit était soutenu par quatre imposantes colonnes de granites à chaque coin. L’architecture était troglodyte, celle des drow justement. Serions-nous arrivés dans l’un de leur repère ? Juste en face de l’escalier d’entrer, il se trouvait sur le mur opposé une imposante porte décorée de symbole. Le plus étrange était tous ces symboles justement, qui décoraient la grande porte et les murs. Contrairement à ceux de l’entrée, l’écriture ici n’avait rien à voir avec les drow. Pas que je savais lire et écrire le drow, je savais reconnaitre plusieurs de leurs symboles, mais là, rien ne me revenait. On dirait une toute autre langue un peu plus simpliste, illustré par des gravures assez grossières. Vraiment étrange. Je sortis un de mes livres et me mis à le consulter. Mon fameux ouvrage pour aider à traduire des langues perdues.

Garràn – Avez-vous eu le temps de remarquer un symbole ou un dessin qui nous révèlerait ce qui nous attendrait ici ?

Sa question me déconcentra de mes recherches. Essayant de poursuivre mon analyse des textes, j’essayais de lui répondre que :

Dovamun - Laissez-moi un instant je vous prie. Je suis un homme de savoir et non un bourrin comme vous.

À nouveau sur mes textes, je repris son étude. Feuilletant mon livre, je pense avoir trouvé quelque chose, ou un début de quelque chose. J’aimerais me lancer dans une longue explication de ceux que je voyais, mais cela risquerait d’exaspérer le mercenaire qui avait soif d’en découdre avec un monstre ou deux. Faisant le tour de la salle le livre dans ma main, je m’arrêtais devant la grande porte. Les indications obtenues parlaient en gros de Porte des Secrets ou Portes du Royaume Noir. Les âmes extérieures des ancêtres voulurent fuir et franchir ce bloc de pierre. Et pour y arriver, il fallait subir des épreuves… Effleurant la surface de la porte, je sentis que ses symboles, dessus, n’étaient pas stable. S’agirait-il de point de pression ou plus vulgairement, de bouton ?

Dovamun - C'est ça ! Pour passer cette porte, il faut relever un premier indice et la réponse doit être repporter sur ces symboles formant une sorte de cadran là. Laissez-moi encore un instant je vous prie.

La langue que j’essayais de traduire ressemblait beaucoup à celle d’un ancien peuple humain ayant vécu sur Orcande il y a des siècles et dont il ne restait presque plus beaucoup de trace. Mais à la Tour de l’Aurore, on nous enseigna cette langue car elle était liée à divers formes de magie, mais aussi utile pour étudier les langues humaines diverses et que c’est un ancien illustre grand sorcier qui la découverte. L’énigme mentionnait devait être la phrase écrite en gros sur l’entablement en pierre. Voyons voir, si je reprenais mes premières notes additionnées avec une langue cousine, j’arrivais à quelque chose qui semblait tenir la route. Refermant mon livre, je fis ma première grosse traduction :

Dovamun - Je suis la plus grande force sur Terre, crains et aimer des hommes. Je protége comme je détruis et dont ma vocation dépend du cœur du mortel….Intéressant.

Dovamun
Expert
Expert


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Donjon - Event] Les galeries funestes

Message  Garràn le Mer 27 Sep 2017 - 19:40

Dovamun était déjà plongé dans ses bouquins. Visiblement, ma question l’avait légèrement dérangé et avait-il cherché à le camoufler derrière un petit haussement de sourcil, celui-ci me répandit avec nonchalance sans lever les yeux de son manuscrit. Je l’avais probablement irrité un tant soit peu, mais pourquoi ? Je n’en sais rien. Comment ça bourrin ? Que voulait-il dire par là ? Nous n’avions pas la même définition de ce mot. Les véritables bourrins sont les Orcs et les Barbares. Le mage commença à parcourir la pièce de long en large et en travers, toisant les murs comme si ceux-ci cherchaient à lui révéler un secret, un mystère. Rien que je sois capable de comprendre. Pendant qu’il faisait le tour, je décidais d’en faire le tour également, une paire d’yeux en plus pour chercher les indices, ce n’était pas de trop !

Dovamun - C'est ça ! Pour passer cette porte, il faut relever un premier indice et la réponse doit être reportée sur ces symboles formant une sorte de cadran, là. Laissez-moi encore un instant je vous prie.

Sans prévenir, la voix de mon compagnon s’étrangla devant la résolution du problème qui nous était destiné. Sa voix résonna encore et encore dans les escaliers derrières nous jusqu’à se libérer des ténèbres. Dova faisait des gestes incompréhensibles de son carnet au mur devant lui, comme s’il s’agissait d’une carte et qu’il se repérait du bout de son doigt sur cette carte. J’avais du mal à saisir l’utilité de ceci, alors que nous cherchions une entrée pour continuer notre descente, il venait de trouver une boussole pour se repérer. Incroyable ! Ou alors je n’ai rien compris à ce qu’il venait de traduire. Je repris mes fouilles lentement, essayant de rater le moins d’indices possibles. Mais la pièce semblait absolument vide. Si des chercheurs de trésor étaient passés avant nous et que cette pièce était la seule de ce temple, alors nous n’avons plus rien à faire ici. Mais cela me semblait trop gros. Une pièce si bien construite, enterré au cœur d’une montagne, gardé par plusieurs entrées menant certainement à une mort inévitable. Peut-être que son propriétaire ne savait pas quoi faire et dessinait tous ces dessins pour s’occuper. Non. Je ne pense pas que ce soit ça non-plus. Les questions compliquées ne peuvent être résolues que par des gens compliqués. Ceci était du ressort de Dovamun.

Dovamun - Je suis la plus grande force sur Terre, crains et aimer des hommes. Je protège comme je détruis et dont ma vocation dépend du cœur du mortel….Intéressant.

La phrase qu’il venait de traduire de ses bouquins sur le mur me faisait penser à une énigme, mais j’espérais me tromper sur le sujet de cette énigme.

Garràn – J’espère simplement que cette chose crains et aimé des hommes n’est plus de ce monde depuis tout ce temps, parce que s’il s’agit bien de la plus grande force sur terre, malgré mes compétences, je ne vois pas trop ce que je pourrais bien faire. Je me tournais vers Dova, tout ouïe pour une leçon d’histoire et d’enquête qu’il savait si bien élucider. A quoi cela vous fait penser ? Histoire qu’on sache à quoi s’attendre.

Garràn
Expert
Expert


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Donjon - Event] Les galeries funestes

Message  Dovamun le Jeu 28 Sep 2017 - 12:19

Garràn – J’espère simplement que cette chose crains et aimé des hommes n’est plus de ce monde depuis tout ce temps, parce que s’il s’agit bien de la plus grande force sur terre, malgré mes compétences, je ne vois pas trop ce que je pourrais bien faire. A quoi cela vous fait penser ? Histoire qu’on sache à quoi s’attendre.

Je levais les yeux au ciel face à la simplicité de son raisonnement. Nous parlions d’une énigme élaborée par de grands penseurs, des maîtres dans l’art à en juger par l’architecture, et sans doute possédant une grande philosophie. S’ils voulaient éviter que leurs secrets ne tombent entre de mauvaises mains, ils devaient s’assurer que seul ceux pouvant rivaliser avec leur capacité de réflexion ou prouvant avoir suffisamment de sagesse et d’intelligence puisse répondre à leurs énigmes sans se prendre les pieds dans le plat. Sans vouloir vexer mon garde du corps. Mais il ne devrait se sentir offenser, car je ne le payais pas pour la réflexion.

Dovamun - Non voyons, je pense qu'il doit s'agir plus d'un concept ou de quelque chose d'immatériel qu'un être physique.

Pour résoudre cette première énigme, il fallait reprendre chaque élément. Je suis la plus grande force sur Terre. Cela pouvait bien entendu parler d’une très grande puissance visible ou non. Par là je voulais dire que comme en magie, on pouvait voir sa puissance dégager par des éclairs, ou bien invisible, agissant sur tous comme le destin, tirant dans les coulisses. Cela pouvait aussi être quelque chose d’universel, touchant tout le monde comme une force englobant le monde. Crains et aimer des hommes. Que ce soit un concept ou non, elle était bien connue de tous. C’était quelque chose dont on pouvait entendre parler à la fois en bien et en mal. Quelque chose qui pouvait effrayer, mais aussi séduire. Je protège comme je détruis. Sans doute la raison pour laquelle cette force était à la fois crains et aimer. Mais détruire dans quel sens ? Et le plus amusant, c’était qu’on ne disait pas « Créer et détruire » mais juste protégé. Cette grande puissance avait donc une limite ? Ma vocation dépend du cœur du mortel. Quelque chose que les êtres mortels pouvaient manier à leur guise, la modeler selon leur désir…

Continuant d’y réfléchir, je sentais que j’approchais de la solution. Cela devait sans doute être une réponse simple, qui crevait les yeux, mais qui restait invisible car elle pourrait paraitre top évidente.

Dovamun – Cela pourrait être n’importe quoi. Je vois par exemple trois réponses possibles. L’amour, le Temps et… La Magie.

L’amour était universel, et pouvait pousser n’importe qui à accomplir de grandes choses. L’amour était à la fois apprécié pour ses vertus merveilleuses, mais craint pour ses effets néfastes comme la douleur, les peines de cœur, etc. Et quand on aime, ont protégé ceux qui nous sont chère, mais une trahison d’eux ou une perte pouvait détruire la personne. Et pour sa vocation, cela dépend si l’amoureux ou l’amoureuse veut en faire quelque chose de bien ou non, un amour vrai ou obsessionnel.
Le temps, une puissance incommensurable qui ne pouvait être maîtrisée et qui touchait tout le monde aussi. Aimer pour la vie qu’il apportait avec ses expériences, craint pour la fatalité qu’il apportait. Il détruit, car tout tombait en poussière avec le temps, mais protège dans le sens où il assure le cycle de la vie. Et sa vocation dépend de comment les mortels veulent l’investir.
La magie, toutes les magies pouvaient accomplir de grande chose, remplit de mystères et offrant une puissance à son porteur, dépassant la force d’un guerrier ou d’un monstre, ne pouvant pas toujours être mesurer. Il est craint pour les dégâts qu’elle pouvait provoquer et des choses dont on ignore encore, mais aimer par ses adeptes qui y voit une solution à beaucoup de maux et un moyen d’avoir accès à la connaissance. La magie ne créer pas, mais elle peut servir à protégé pour faire le bien, comme à l’inverse détruire. Mais son véritable but, dépend de son porteur, car elle n’est ni bonne, ni mauvaise, ce n’était qu’un outil comme un autre.

Pas mal tout cela, j’avais une préférence pour la dernière solution. Jetant un petit coup d’œil à Garràn, j’étais curieux de demander son avis, par politesse, mais pour avoir une sorte d’appuis.

Dovamun - Qu'en pensez-vous ? Avez-vous une préférence pour l'un des trois, ou bien avez-vous une petite idée derrière la tête ?

•————————————•
La puissance du Dragon:
avatar
Dovamun
Expert
Expert

Race : Humain
Classe : Sorcier

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Donjon - Event] Les galeries funestes

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum