A la croisée des chemins

Aller en bas

A la croisée des chemins

Message  Ôrora le Lun 12 Mar 2018 - 23:58

Un bout de pain dur entre les dents, Ôrora regrettait de ne pas avoir pris le temps de faire chauffer de l'eau pour s'en faire une bouillasse. Il était dure comme la pierre sur laquelle elle était assise à la différence que la roche lui semblait plus à même de s'attendrir si elle versait de l'eau dessus que ce bout de pain rassi. Elle fini par abandonner l'idée de le manger et le jeta au loin. La croûte inattaquable brisa la surface argentée et lumineuse de la rivière devant elle.
Mais le bout de pain ne remonta pas à la surface.
C'est une blague, pensa-t-elle en se penchant en avant. Ses jambes trop courtes ne lui permettaient pas de s'appuyer sur le sol pour s'approcher plus de l'eau claire et ainsi chercher son cailloux ex-repas parmi les galets. Ôrora se laissa donc glisser à terre. Un léger nuage de poussière s'envola, emporté par le vent constant qui courait de part en part sur Orcande à présent.
Une de ses main partit instinctivement à la recherche d'un autre repas dans son sac tandis qu'elle s'accroupissait sur la rive et cherchait du regard. Alors qu'elle portait à ses lèvres une pomme bien verte mais cabossée, Ôrora entendit un clapotis non naturel plus haut dans le cours d'eau. Du moins, ce son ne pouvait pas venir d'un liquide frappant le revêtement d'une gourde au rythme des pas de son possesseur, aussi Ôrora se tourna vers l'origine de ce bruit. Restant accroupie, elle pivota en rangeant à nouveau sa pomme sans vraiment y réfléchir. Elle attrapa son couteau et se passa la langue sur sa lèvre supérieur.
- Vient par ici mon écaillé, je sens déjà ton fumet lorsque tu seras sur des braises, se dit-elle tout bas en s'imaginant se trouver face à un poisson qui descendait le cours d'eau vers une mort certaine.
avatar
Ôrora
Novice
Novice

Race : Halfelin
Classe : Voleur

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: A la croisée des chemins

Message  Ssyxlat'h le Mar 13 Mar 2018 - 14:58

Alors que les mois, et même les saisons, défilaient au rythme de ses voyages, Ssyxlat'h devait bien être mis devant le fait : il avait passé plus de temps à batifoler avec Namaï dans les cours d'eau, qu'autre chose. Soit ils jouaient comme deux enfants à celui qui nagerait le plus vite, ou à celui qui attraperait l'autre, soit ils s'enlaçaient, se prélassaient et s'embrassaient. Heureusement pour Ssyxlat'h, il n'y avait jamais de témoin pour lui faire réaliser que Namaï était définitivement plus qu'un simple ami désormais. Ssyxlat'h sentait son cœur s'emballer dès lors qu'il perdait son regard dans les yeux de son amant ou sur les couleurs pastels de ses écailles ; et lors de leurs étreintes, il ne savait pas résister à la tentation de l'embrasser et de le caresser, des cheveux aux nageoires. Il était amoureux. Et il aimait tout chez son compagnon. Seulement, Namaï ne mettait jamais de mots sur leur relation. Il avait bien compris que cela mettait Ssyxlat'h mal à l'aise.

La dernière mission d'assassinat accomplie par Ssyxlat'h remontait à trois mois environ, à Port Barbe. Depuis ce temps, Ssyxlat'h n'avait fait que voyager avec son amant, vivant d'air pur et d'eau fraîche, sauf que cette vie lui pesait parfois. Quand il passait trop de temps en ville à enchaîner les contrats, il avait l'impression de perdre son cœur, d'être aussi froid et vide que la pierre ; mais quand il passait trop de temps à batifoler oisivement avec son amant, il avait l'impression de perdre sa vie, et que d'un seul coup, à tout moment, une menace pouvait venir lui prendre ce qu'il avait de plus cher tant il se laissait aller à la paresse.

SSYXLAT'H – Tu sais à quel point ça me plaît d'être avec toi, mais cette vie n'est pas faite pour moi à la longue...
NAMAÏ – Je le sais. Tu n'as nul besoin de te justifier. Je serai toujours à tes côtés.

Ssyxlat'h ne pensait pas qu'il existait un être aussi compréhensif que Namaï. Ce dernier voulait vivre la vie de Ssyxlat'h, il ne demandait pas l'inverse. Il était tombé amoureux d'un Naga assassin et refusait d'être son centre de préoccupation. Il lui avait démontré qu'il savait se battre s'il était en danger, afin que Ssyxlat'h ait moins peur de le laisser seul. Il l'avait déjà aidé à accomplir certaines missions, alors même que l'activité lucrative de Ssyxlat'h était responsable de la mort de sa famille entière. Namaï était un être exceptionnel, et Ssyxlat'h l'aimait plus que tout.

Un étrange “shplok” brisa leur étreinte, et tous deux cherchèrent l'origine de ce son. Un objet venait de tomber dans l'eau, près d'eux. Namaï vit le premier un morceau de pain et fila pour s'en emparer sans même laisser le temps à sa pitance inopinée de remonter à la surface. Il fut surpris par la consistance extrêmement dure du morceau de pain, et s'agita en essayant de le rompre, battant la surface avec la queue. Ssyxlat'h s'approcha de lui d'un air un peu moqueur.

SSYXLAT'H – Tu te jettes comme un crève-la-faim sur la nourriture laissée par les voyageurs, maintenant ?

Il parla à voix basse pour que le voyageur en question en l'entende pas. Si ce morceau de pain venait de tomber dans l'eau, c'est qu'une personne venait de le jeter. Simple déduction. Rapidement confirmée par le son d'une voix féminine :

ÔRORA – Viens par ici mon écaillé, je sens déjà ton fumet lorsque tu seras sur des braises...

Namaï eut l'air interloqué. Il murmura à Ssyxlat'h :

NAMAÏ – Cette personne est-elle en train de croire qu'elle peut m'appâter comme un poisson avec du pain pour me pêcher ?
SSYXLAT'H – Cela fonctionne pourtant, manifestement...

Faussement vexé, Namaï se propulsa sur la rive d'un battement de nageoires. Il s'étala sur les galets, le morceau de pain dur à la main. Le soleil se reflétait sur ses écailles humides, magnifiques, d'une couleur vert clair majoritaire alliée à du cyan, et aussi un petit peu de jaune par endroits, dont les bords de sa nageoire caudale. Ses cheveux couleur de blé coulaient en cascade sur ses épaules délicates, où sa peau se changeait en écailles de poisson comme à d'autres endroits du haut de son corps, à savoir ses omoplates, ses coudes, ses avant-bras, ses tempes et sa nuque. Ailleurs, la peau de son torse était pure, claire et lisse, presque dénuée de pilosité. Il avait le visage d'un éphèbe, une gueule d'ange.
Si Ssyxlat'h n'était pas amoureux de lui pour son physique, puisqu'il n'était pas attiré par les visages humains, il était indéniable que Namaï avait tout pour être beau aux yeux d'un Humain... si l'on faisait abstraction de son corps – et de son odeur – de poisson.

Namaï dévisagea la voyageuse solitaire dont il venait d'entendre la voix. C'était une Halfeline, comme on pouvait s'y attendre compte tenu de la région. Ca restait étonnant de la trouver seule.

NAMAÏ – Bonjour. Auriez-vous la vanité d'espérer me pêcher en vous servant de ce morceau de pain comme appât ?

Ssyxlat'h ne se montra pas tout de suite mais ne perdit pas une miette de la conversation, et il se retint de rire.
Voilà aussi pourquoi il aimait tant Namaï : il n'y avait qu'en sa compagnie qu'il se prenait à rire de bon cœur.

•————————————•

Fiche de personnage
avatar
Ssyxlat'h
Champion
Champion

Race : Naga
Classe : Assassin

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: A la croisée des chemins

Message  Ôrora le Dim 18 Mar 2018 - 23:35

S'il y avait bien une chose à laquelle elle ne s'attendait pas, c'était de voir son désiré repas sauter de lui-même sur les galets!
Très étonnée, elle se rendit tout de même rapidement compte que ce n'était pas un poisson ordinaire. D'abord, avant d'en discerner les détails, sa taille était beaucoup trop grande pour un poisson dans cette partie de la rivière. Ou même pour un poisson tout court. Lorsqu'elle réalisa que se n'était pas la seule particularité de l'être qui se dressait devant elle, il s'était déjà mis à parler. Ses mots sonnèrent creux dans un premier temps, passant dans son esprit pour être traité et offrir une réponse comme elle l'aurait fait pour une conversation normale. Mais le processus ne fonctionna pas vraiment du premier coup. Interloquée, elle se laissa tomber en arrière, s'aidant de sa main pour s’asseoir sur les galets de la rivière.
Il vient de me parler de vanité. Une sirène vient de me parler de vanité et tient mon morceau de pain à la main., pensa-t-elle en se ressaisissant lentement.
Elle ouvrit la bouche pour répondre puis la referma, décidant de réfléchir un peu plus. Qu'est-ce qu'elle savait de ces êtres aquatiques si ce n'est qu'ils étaient connus pour être magnifiques (fait qui se confirme , nota-t-elle mentalement en le détaillant) et certainement aussi peu solitaire que les halfelins. Ôrora jeta un regard alentour mais ne vit personne d'autre.
Sa réponse devait commencer à se faire longue et elle reporta son attention sur le nouveau venu.
Et qu'est-ce qu'il fait dans le coin d'ailleurs? ajout-a-t-elle à sa liste.

- Je ne pensais pas pêcher un poisson aussi ... grand, en effet. Du moins, j'avais espoir de pouvoir manger autre chose que ma pomme....
Ôrora marqua un temps de pause.
Je suis désolée pour le malentendu.
Elle ajouta pour elle-même:
En même temps, les bancs de poissons sont remontés vers les courants chauds depuis un moment déjà, j'aurai dû me douter que c'était louche...

Elle se redressa, rangeant son couteau et remettant son sac sur son épaule. Quelque chose lui disait qu'elle n'avait rien à craindre de cette gueule d'ange. Mais n'avait-elle pas entendu parler de ça justement? D'un maléfice lié à leur apparence trompeuse?
avatar
Ôrora
Novice
Novice

Race : Halfelin
Classe : Voleur

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: A la croisée des chemins

Message  Ssyxlat'h le Sam 24 Mar 2018 - 15:10

Il y eut un long blanc après la phrase de Namaï. Puisque Ssyxlat'h ne voyait rien, il ne pouvait qu'imaginer que son interlocutrice était sous l'effet de la stupeur. Il espérait toutefois qu'elle n'était pas en train d'effectuer un geste hostile, mais il resta caché en se disant que Namaï aurait réagi si ça avait été le cas, et que ça l'aurait donc alerté. Et puis il entendit enfin l'interlocutrice de Namaï prendre la parole :

ÔRORA – Je ne pensais pas pêcher un poisson aussi... grand, en effet. Du moins, j'avais espoir de pouvoir manger autre chose que ma pomme...

Ssyxlat'h savait qu'il n'était pas aussi dégradant pour Namaï de se faire traiter de “poisson” que ça ne l'était pour lui de se faire traiter de “serpent”. Namaï préférait quand même être considéré en tant que Sirène, être pensant et raisonné, mais il n'avait pas de problème à reconnaître qu'il était aussi, d'une certaine façon, un poisson.

ÔRORA – Je suis désolée pour le malentendu. En même temps, les bancs de poissons sont remontés vers les courants chauds depuis un moment déjà, j'aurais dû me douter que c'était louche...
NAMAÏ – Il reste bien encore quelques poissons moins groupés qui traversent cette rivière à l'heure où nous discutons.

Ssyxlat'h n'avait pas besoin de rester caché pour écouter la suite. Il se montra donc, lentement, redressant le torse en rampant sur la rive jusqu'à se placer à côté de son amant qui était beaucoup moins à l'aise pour se déplacer sur terre.

NAMAÏ – Ah oui, nous étions deux, je vous présente mon ami.

Ssyxlat'h darda sa langue bifide pour renifler leur interlocutrice depuis sa position. Il s'agissait d'une Halfeline aux cheveux d'or soyeux, finalement ondulés, coulant jusque derrière ses épaules. Elle avait l'allure d'une simple voyageuse. Ssyxlat'h voulut s'assurer de cela :

SSYXLAT'H – Etes-vous en voyage ?

Il venait un peu d'oublier de dire “bonjour”, et Namaï esquissa un petit sourire en baissant la tête d'un air navré.

•————————————•

Fiche de personnage
avatar
Ssyxlat'h
Champion
Champion

Race : Naga
Classe : Assassin

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: A la croisée des chemins

Message  Ôrora le Dim 25 Mar 2018 - 18:02

NAMAÏ – Ah oui, nous étions deux, je vous présente mon ami.

Dès que de l'eau elle n'entendit plus seulement un clapotis naturel mais des remouds, Ôrora tourna la tête dans cette direction. S'étant redressée auparavant pour parler à la sirène qui avait sauté sur le banc de terre de de galets, elle avait également pivoté vers l'eau rapidement. Son expression passa d'une curiosité méfiante à la stupeur. Ses yeux exprimaient son étonnement et sa frustration de na pas maîtriser la situation alors que peu de temps avant elle était seule et sans soucis. Les lèvres entre-ouvertes, elle réprima difficilement la première phrase qui lui vint à l'esprit: Mais ils sont encore combien là dessous!? Et c'était une bonne chose pour elle car, en y réfléchissant, la sirène avait répondu à sa question. Ils n'étaient que deux et c'était déjà bien assez.
Face à ces deux êtres, Ôrora se sentait bien petite et en situation inconfortable. Fort heureusement, leur approche n'avait pas était offensive, juste directe. Elle décida de faire pareil.

- Certes, je suis en voyage. Je tente de rejoindre les terres du sud pour fuir cet hiver et le subir moins longtemps et difficilement que les habitants du Nord. Et vous, que faîtes vous sur ces routes vierges? Enfin, je veux dire, dans ces rivières.

L'halfeline enfila son sac sur son épaule tout en passant alternativement son regard de l'un à l'autre, ne sachant lequel des deux allait répondre. Son visage était à présent souriant.
avatar
Ôrora
Novice
Novice

Race : Halfelin
Classe : Voleur

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: A la croisée des chemins

Message  Ssyxlat'h le Sam 31 Mar 2018 - 10:54

Si Ssyxlat'h avait voulu surprendre l'Halfeline, il n'aurait pas pu mieux s'y prendre. Il venait de surgir sans s'annoncer, et alors que la pauvre Halfeline était déjà sous le choc d'avoir fait sortir une Sirène de la rivière, elle voyait maintenant un Naga se mettre à ses côtés. Tout ça parce qu'elle avait négligemment jeté un morceau de pain rassis dans l'eau.
Ssyxlat'h attendait une réponse et son interlocutrice reprit enfin ses esprits :

ÔRORA – Certes, je suis en voyage. Je tente de rejoindre les terres du Sud pour fuir cet hiver et le subir moins longtemps et difficilement que les habitants du Nord. Et vous, que faites-vous sur ces routes vierges ?... enfin, je veux dire, dans ces rivières ?

L'impression de Ssyxlat'h se confirmait. Une Halfeline solitaire, toutefois, ce n'était pas courant. Les voyageurs solitaires étaient peu nombreux, mais encore moins chez les Halfelins. De nature méfiante, Ssyxlat'h ne voulait pas croire que son interlocutrice avait tout dit sur elle. Elle ne voyageait certainement pas vers le Sud dans le seul but de trouver des températures clémentes. En reconsidérant les choses pourtant, Ssyxlat'h et Namaï eux-mêmes voyageaient sans but précis. Alors pourquoi penser que c'était forcément différent pour cette Halfeline ? Peut-être simplement parce que Ssyxlat'h n'aimait pas faire confiance.

SSYXLAT'H – Nous voguons... vers notre prochain objectif...

C'était mystérieux et c'était parfait comme ça. Namaï, quant à lui, répondait au sourire de l'Halfeline. Il fit gaiement battre ses nageoires caudales sur les galets humides. Puis il prit la parole :

NAMAÏ – Je m'appelle Namaï. Voici Ssyxlat'h.

•————————————•

Fiche de personnage
avatar
Ssyxlat'h
Champion
Champion

Race : Naga
Classe : Assassin

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: A la croisée des chemins

Message  Ôrora le Lun 9 Avr 2018 - 21:38

Ôrora ne tenta pas de cacher sa moue suite à la réponse de Ssyxlat'h. Puisqu'il restait mystérieux autant lui montrait qu'elle avait compris le message: il n'y avait pas plus de détails à obtenir. Ce mystère qui commençait à enrober leurs rencontres devenait plus épais que la coïncidence de leur rencontre et il prenait aisément le pas. Sans trouver qu'ils avaient un comportement menaçant pour autant, Ôrora se dit qu'elle ne devait pas oublier qu'ils étaient des inconnus en surnombre et plus forts qu'elle.
Se rendant compte qu'un léger blanc avait pris place entre eux puisqu'ils devaient attendre qu'elle s'introduise en retour, Ôrora toussa doucement et répondit:

- Je m'appelle Ôr...

Un gong assourdissant retentit alors. Le son lui sembla venir de partout et elle rentra la tête dans ses épaules comme si elle pouvait se protéger du son ainsi. Omniprésent, le gong sonna une seconde fois. L'halfeline se retourna pour en chercher la source,mais en contre-bas de la rivière et de petite taille elle ne voyait que la frange de l'herbe au bord du chemin de terre. Elle constata cependant que les vibrations étaient assez fortes pour que de la poussière s'envole. Un fois que son ouïe retrouva le clapotis régulier de la rivière, il lui sembla qu'elle pouvait enfin reprendre son souffle. Bien que n'ayant durée que quelques secondes Ôrora avait retenu, par surprise, son souffle. Fronçant le nez, elle inspira profondément et se tourna vers Namaï et Ssyxlat'h, le regard interrogateur pour confirmer que ce qu'il venait de se passer n'était pas le fruit de son imagination. Elle se dit même, avant de les regarder à nouveau, qu'ils ne seraient pas au bord de l'eau et que tout ce qu'il venait de se passer n'était que le fruit de son imagination. En les détaillant elle fût rassurer mais ce sentiment, lui, ne transpira pas sur son visage et seule l'interrogation y demeurait.

Vous avez bien sûr entendu et surtout ressentit ça?
avatar
Ôrora
Novice
Novice

Race : Halfelin
Classe : Voleur

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: A la croisée des chemins

Message  Ssyxlat'h le Dim 27 Mai 2018 - 10:37

Nul doute que cette réponse évasive, limite énigmatique, de Ssyxlat'h risquait de ne pas plaire à son interlocutrice, mais celle-ci n'en dit rien. Encore une fois, le contraste s'imposait entre le mâle Sirène, ayant le sens de l'aimabilité et de l'humour, et le mâle Naga, bien plus froid et farouche. Il y avait pour l'Halfeline de quoi être un peu déboussolée, à ne pas savoir quelle attitude adopter. Finalement, elle alla au plus simple en se présentant par son nom...

… mais elle fut coupée par un gong qui fit sursauter tout le monde, et notamment Ssyxlat'h qui, en plus du son, perçut de plein fouet toutes les vibrations par le sol. Les têtes se tournèrent mais le doute demeurait quant à la direction d'origine du gong. Cela ressemblait au son du clochet d'un temple, mais avec un côté lugubre, et une puissance assourdissante. Alors que personne ne savait pour le moment pointer du doigt avec certitude la direction d'origine, le gong retentit une seconde fois. Ssyxlat'h se crispa par réflexe, se ratatinant un peu dans l'herbe, mais fit ensuite tout le contraire, se dressant en hauteur autant que possible pour essayer de voir plus loin.

ÔRORA – Vous avez bien sûr entendu et surtout ressentit ça ?

Il suffisait à l'Halfeline de voir les postures de ses deux interlocuteurs pour deviner qu'ils se demandaient comme elle ce qu'ils venaient d'entendre et de sentir vibrer. Ssyxlat'h aperçut la silhouette d'un bâtiment en haut d'une colline. Il le pointa du doigt, sans dire mot, perplexe : ce bâtiment semblait isolé de tout village. Il était pourtant forcément occupé, car le gong n'avait sans doute pas retenti tout seul par magie. Enfin, sur ces terres, il existait tellement de mystères que l'on ne pouvait jamais être sûr de rien.

Le Naga se détendit à hauteur normale et regarda Namaï, puis l'Halfeline.

SSYXLAT'H – J'ignore ce que ce timbre signifie. J'ai aperçu un bâtiment isolé.
NAMAÏ – Isolé ?
SSYXLAT'H – Je ne suis pas sûr. Il faudrait s'approcher pour voir vraiment de quoi il s'agit.

•————————————•

Fiche de personnage
avatar
Ssyxlat'h
Champion
Champion

Race : Naga
Classe : Assassin

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: A la croisée des chemins

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum