Une errance mouvementée

Aller en bas

Une errance mouvementée

Message  Revan le Sam 10 Mar 2018 - 18:02

Cela faisait plusieurs jours que Revan arpentait les petits chemins de la Plaine du Tonnerre. Il n'était arrivé au niveau de la Plaine du Reflet qu'il y a 2 jours. Et pour cause, il était associé à la Secte qui l'avait kidnappé lui et son père, secte que peu de personnes appréciaient dans les environs. Il avait donc dû prendre des chemins détournés afin de rejoindre la Plaine d'Azgal, et essayer de retrouver sa maison d'enfance.
Il s'était réveillé après l'incident aux alentours de Cuvet, et n'ayant pu passer par les grandes routes, avait dû traverser forêts et plaines dans le but d'éviter la population, et ainsi les ennuis. Il ne rejoignait les villages qu'à la nuit tombée pour trouver de quoi manger.
Néanmoins, il était arrivé à mi-chemin, à proximité d'Azgalban, du moins c'était ce que lui avait dit un vieillard terrifié à qui il avait demandé son chemin. En même temps, il pouvait comprendre sa réaction. Son armure noire recouverte d'une cape sombre ainsi que son épée et son écu lui donnait une allure sinistre, surtout en pleine nuit noire.
Alors qu'il continuait à marcher, la proximité des Marais des Séladiens lui rappela son ami disparu, Seth. Une vague de tristesse s'empara de lui, aussitôt remplacée par de la colère.
"Je ne les laisserai pas s'en sortir. Je te vengerai, toi et tous les autres." murmura-t-il.
Car, de cela il en était certain, la secte n'était pas anéantie. Il devait rester des membres qui avaient survécu à cette fameuse nuit où leur bastion avait été détruit, et ils avaient dû reformé la secte avec les fidèles restants. Mais pour en être certain, Revan allait devoir répondre aux questions qui le taraudait depuis cette nuit. Qui l'avait libéré ? Dans quel but ? Que savait-t-il de la secte ?
Un léger choc le tira de ses pensées. Une voix s'éleva de derrière lui :
"Fais attention où tu vas, crétin !"
Il se retourna. Il s'agissait d'un soldat, accompagné de 4 autres hommes, portant armes et armure. Sûrement des soldats chargés de la sécurité, songea Revan. Préférant éviter le combat, et pensant que sa sinistre réputation n'était pas connu aussi loin, il se retourna et leur répondit :
"Pardon, je ne vous avais pas vu."
Sa voix, rauque dû au manque de sommeil, ne sonnait pas aussi aimable qu'il ne l'aurait voulu. Il espéra que le soldat ne le prendrait pas comme un manque de respect.
Le soldat le toisa, bien que plus petit que lui.
"Ouais, c'est ça, et que je te revois plus traîner par ici, compris ?"
Il ressentit un vrai soulagement. Si ce soldat avait été seul, il aurait pu le gérer. Mais là, ils étaient 5, et même en pleine forme, il n'aurait pu gérer cette situation indemne. Il recommença sa marche.
"Attends un peu toi."
Revan s'arrêta net. Un homme se plaça devant lui. A la vue de son armure et des quelques ornements, il en déduit qu'il devait être le chef de cette bande.
L'homme examinait Revan, et tout particulièrement à son armure.
"Cette armure... je la reconnais ! Quand j'étais encore dans les Plaines du Tonnerre, y avait une secte qui traînait dans le coin."
L'homme dégaina son épée.
"Et ils portaient cette armure."
Revan dégaina son épée et se mit en position de défense. Il avait fallu qu'on reconnaisse son armure aussi près du but. Il maudit sa malchance.
La situation n'était pas bonne. Il était encerclé, et devait livrer bataille à un contre 5. Si il pouvait utiliser sa magie, peut être aurait-il pu s'en sortir plus aisément, mais il était sur un chemin relativement fréquenté, et ne tenait pas à se faire remarquer, et encore moins à se faire traquer par des servants de la justice, ou il ne savait quelle autre stupidité.
Il attendit donc le premier mouvement de ces adversaires, tout en espérant que la providence lui vienne en aide.

•————————————•
Fiche de personnage
avatar
Revan
Novice
Novice

Race : Humain
Classe : Chevalier noir

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une errance mouvementée

Message  Mo'tepeü le Dim 11 Mar 2018 - 11:02

Mo'tepeü ne s'était jamais attendu à avoir des pistes pour retrouver ceux qui avaient commis massacre et enlèvements sur sa tribu il y a quatre ans. Depuis son intégration à la Guilde des Guerriers de Telbara, il cherchait essentiellement à se trouver une utilité dans ce monde qu'il découvrait plus sombre et plus perverti encore qu'il n'avait jamais pu l'imaginer tant qu'il vivait sur l'île au sein de sa tribu, à l'écart du continent.
Mais pour la première fois, le spectre de cet événement tragique ayant à jamais changé sa vie, avait refait surface. Plusieurs personnes à la Guilde, dont Jangdar et Frekko, connaissaient son histoire. C'est Frekko qui avait eu l'idée de parler à Mo'tepeü de cette histoire de secte dans le Royaume de Tacomnal, une rumeur qui prenait de l'ampleur sur une organisation clandestine commettant des enlèvements sur des personnes jeunes de toutes races.

Frekko avait mis bien les choses au clair avec Mo'tepeü : rien ne garantissait le moins du monde que cette secte, du nom des Chevaliers de Sercanth, pût avoir un rapport avec ceux qui avaient attaqué sa tribu. Toutefois, si Frekko s'était permis d'en parler, c'est que cette rumeur tendait à être confirmée par des sources fiables. Mo'tepeü avait donc pris la décision de s'y rendre : soit les Chevaliers de Sercanth avaient quelque chose à lui apprendre sur son vécu, soit ils restaient une secte quelconque néfaste qu'il fallait éliminer. L'implication d'un membre de la Guilde des Guerriers était donc de toute façon justifiée, vînt-il de Telbara.

Mo'tepeü n'avait encore jamais voyagé dans le Royaume de Tacomnal. Celui-ci se situait à l'opposé du Royaume de Telbara sur le continent. Autant dire que le voyage avait été long pour le Xolon, d'autant qu'il en avait fait la moitié en solitaire, à la fin de l'automne.
Cela faisait donc maintenant deux mois environ que Mo'tepeü sillonnait le Nord du Royaume de Tacomnal par le froid hivernal. Frekko avait un contact à Azgalban, un Homme-lézard qui avait été censé en apprendre plus à Mo'tepeü sur les Chevaliers de Sercanth. Finalement, ses informations avaient été aussi vagues qu'intéressantes tout de même. Les gens parlaient de sombres chevaliers couverts d'armures noires, avec certains motifs qui les identifiaient comme Chevaliers de Sercanth. Les enlèvements étaient bien réels, en tout cas, et la Guilde des Guerriers de Tacomnal était sur l'affaire.

Arpentant un petit chemin pour faire le tour des villages et des auberges de la région à la recherche de nouveaux témoignages, le Xolon affrontait vaillamment le froid de cette fin d'hiver, comme tout au long de ces deux derniers mois. Pendant cette période, il avait pu découvrir ce qui faisait l'une des spécificités du Royaume de Tacomnal : la culture des golems. Il y en avait dans toutes les villes, presque même dans tous les villages, parfois Mo'tepeü en avait croisé un sur la route, flanqué de deux soldats Humains en patrouille. Maintenant, au bout de deux mois, il s'y était fait, mais cela avait été quelque chose de frappant au début pour lui, qui avait déjà vus de rares golems depuis son arrivée sur le continent il y a trois, mais jamais aussi fréquemment. Même les petits villages comptaient souvent un voire deux golems. Il en existait de toutes sortes : de terre, de pierre, de cire, d'argile, de marbre même... C'était fascinant.

Un regard vers le ciel lui annonça un temps dégagé pour la journée. Le vent était léger, et parfois des odeurs annonciatrices d'un printemps proche lui parvenaient. Mo'tepeü le sentait : c'était la fin de l'hiver. Et dire qu'il était parti de Telbara en automne... Cela lui faisait réaliser qu'il passait plus de temps qu'il ne l'aurait pensé dans le Royaume de Tacomnal. Sa mission n'avait jusqu'alors pas donné grand-chose, et il songeait à faire le voyage retour vers Telbara sous peu. Il portait l'insigne de la Guilde des Guerriers de Telbara autour du cou mais l'accueil de la population ne lui était pas aussi chaleureux que s'il avait été un Humain... sans parler des gens qui avaient déjà de base une mauvaise opinion de la Guilde des Guerriers. Sur ce point, le Royaume de Tacomnal n'était pas bien différent du Royaume d'Estandre, où Mo'tepeü avait voyagé une seule fois.

La brise apporta au Xolon la présence olfactive de plusieurs personnes sur la route avant qu'il n'aperçût leurs silhouettes. Il s'agissait d'Humains armés. Au début, Mo'tepeü pensa à une simple patrouille de soldats à pied, mais en s'approchant, il devina une altercation. Il continua de s'approcher, personne ne faisant pour l'instant attention à lui. Un soldat, parmi cinq, dégaina une épée, s'apprêtant à agresser un autre Humain qu'ils avaient encerclé. Mo'tepeü fut frappé par un détail chez la personne cernée par les cinq soldats : son armure était aussi noire que l'on décrivait celles des Chevaliers de Sercanth.

Mo'tepeü héla les soldats d'un barrissement en finissant de s'approcher, ce qui en fit sursauter un. Tous tournèrent la tête. Un soldat autre que celui qui menaçait l'homme en armure noire, s'exclama :

Soldat 1 – Qu'est-ce qu'il veut, l'animal ? Je te conseille vivement de retourner auprès de ton maître, ou nous nous occuperons de ton cas.

Mo'tepeü balaya l'injure en finissant de s'approcher et se planta à deux mètres des soldats. Avec la trompe, il leur fit voir son médaillon à l'insigne de la Guilde des Guerriers de Telbara, accroché à son collier.

Soldat 1 – Oh, c'est pas vrai... Voyez-vous ça... (d'un ton grinçant et ironique) Que nous vaut l'honneur ?

Mo'tepeü lâcha son pendentif de la Guilde et désigna d'un mouvement de tête lhomme en armure noire.

MO'TEPEÜ – Qu'a fait cet homme ?
Soldat 1 – Nous avons un compte à régler avec lui. Il nous manque de respect et pourrait bien détenir des informations sur une affaire qui est nôtre.

Le soldat ayant dégainé son épée prit la parole à son tour. Il portait quelques ornements sur son armure de cuir lui donnant l'allure du chef de groupe :

Soldat en chef – Si vous n'y voyez pas d'inconvénients maintenant, nous aimerions pouvoir nous occuper de lui sans interférence, merci.

Le ton était autoritaire mais l'esprit de Mo'tepeü était déjà bloqué sur cet homme en armure noire. Mo'tepeü ignora l'injonction polie du soldat et s'approcha d'un pas ferme, comblant les trois mètres qui le séparaient de l'homme en noir, s'arrêtant à quelques centimètres de lui et le fixant droit dans les yeux.

MO'TEPEÜ – C'est vrai ce que ces soldats disent de toi ?

Son ton se faisait plus menaçant qu'il en avait envie, malgré son accent audible. Ce n'était même pas un accent telbaran, mais celui d'une langue étrangère.

MO'TEPEÜ – Les Chevaliers de Sercanth, tu connais ?

•————————————•
Fiche de personnage
avatar
Mo'tepeü
Bon
Bon

Race : Xolon
Classe : Guerrier

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une errance mouvementée

Message  Revan le Dim 11 Mar 2018 - 14:50

Un bruit assourdissant retentit soudainement. Comme une trompette gigantesque dans laquelle un géant aurait soufflé.
Revan et les soldats se retournèrent à l'unisson, et Revan posa ses yeux sur une créature qu'il n'aurait pu qu'imaginer dans ses rêves les plus fous.
C'était un colosse d'environ deux mètres, avec des jambes semblables à des troncs d'arbre de part leur forme et leur taille. Mais le plus impressionnant était sa tête : elle n'était pas humaine. Revan n'avait jamais rien vu de tel. A la place d'un nez trônait au milieu de sa figure un immense appendice que la créature semblait être capable de contrôler à sa guise, ses oreilles étaient gigantesques, et de sa bouche dépassait deux défenses.
Mais qu'est-ce que c'est que ça, pensa Revan. Peut être était-ce sa chance de s'en sortir. Du moins c'est ce qu'il pensait, jusqu'à qu'une question de la créature ne détruisit ses espoirs.
"C'est vrai ce que ces soldats disent de toi ?"
Le ton était agressif, il sut aussitôt que la moindre erreur de sa part lui coûterait très cher. Il préféra ne pas répondre.
"Les Chevaliers de Sercanth, tu connais ?"
C'était donc ça. Encore une victime de cette foutue secte. Décidément, elle lui collera au train jusqu'à la fin de ses jours. Il aurait pu essayer de lui expliquer son histoire, pourquoi il portait cette armure le rattachant aux Chevaliers de Sercanth, bien que peu de personnes auraient pu reconnaître les discrets ornements. Non, il sentait que la moindre occasion pouvant servir de prétexte à cette force de la nature le conduirait à une confrontation avec celle-ci. Néanmoins, il lui restait un tour dans son sac.
Sa magie.
Il se prépara donc à lancer un sort, en cas de besoin, et répondit au colosse d'un ton neutre :
"Excuse moi l'ami, mais je suis un peu occupé en ce moment. Je sais pas qui tu es, ou ce que tu es, mais si t'allais voir ailleurs, le temps que ces messieurs et moi réglions ce petit... désagrément ?"
Bien que seulement âgé de 18 ans, Revan était relativement bon stratège. Son plan comportait deux variantes.
Soit la créature se rangerait sur le côté, il ne connaissait pas l'étendue de l'intellect de la créature.
Soit elle prendrait la mouche, et se lancerait dans la bataille, et étant donné son gabarit, pourrait faire des dommages collatéraux parmi les gardes.
Seulement, son plan fut contrarié lorsque l'un des gardes se rapprocha de lui, épée à la main.
Revan lança un coup d'épée vers lui afin de le pousser à reculer. Il érafla son armure, le laissant surpris.
"Il résiste !" hurla le chef de la bande. "Chopez le les gars, mort ou vif !"
Les soldats s'élancèrent vers lui, arme au poing. Surpris par cette réaction, Revan eut tout juste le temps de se protéger de son bouclier, et perdit la concentration nécessaire pour lancer son sort. Le combat s'engagea, l'acier sonnant contre l'acier.
Il lui fallait un plan, et vite. Ou ces cinq soldats auraient raison de lui.
Il se retourna vers le colosse et lui hurla :
"Hé toi ! Tu veux savoir ce que je sais à propos des Chevaliers de Sercanth ? Je te propose un marché, aide moi à me débarrasser de ceux là et t'auras le droit à toutes les réponses que tu veux, compris ?"
Il espéra que l'offre serait suffisante pour pousser le géant à intervenir en sa faveur, et il se concentra à essayer de sauver sa peau.

•————————————•
Fiche de personnage
avatar
Revan
Novice
Novice

Race : Humain
Classe : Chevalier noir

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une errance mouvementée

Message  Mo'tepeü le Lun 12 Mar 2018 - 15:19

Derrière son casque de métal, l'homme à la cape noire dévisageait le Xolon. Il lui répondit d'un ton neutre, mais dans le fond, ses mots n'eurent rien de neutre :

REVAN – Excuse moi l'ami, mais je suis un peu occupé en ce moment. Je sais pas qui tu es, ou ce que tu es, mais si t'allais voir ailleurs, le temps que ces messieurs et moi réglions ce petit... désagrément ?

Il était sur le point de se faire tabasser par cinq soldats et ironisait sur sa situation, tout en envoyant paître Mo'tepeü ; mais ce dernier n'avait pas l'humeur à faire de l'humour. Deux mois qu'il errait dans le Nord du Royaume de Tacomnal sans plus trop savoir ce qu'il cherchait, et alors que l'idée de retourner bredouille dans le Royaume de Telbara faisait de plus en plus son chemin dans son esprit, il tombait enfin sur une personne dont l'armure de cuir agrémentée de métal noir aux ornements ésotériques, correspondant à la description de la tenue des Chevaliers de Sercanth. Alors il n'avait pas envie de perdre son temps, ni à cause des soldats, ni à cause de l'ironie de son interlocuteur pourtant en fâcheuse posture.

Apparemment, l'homme n'avait jamais vu de Xolon de sa vie, ce qui expliquait la façon plus curieuse que dédaigneuse qu'il avait de l'observer de la tête aux pieds, et surtout sa question sur « ce qu'il était ». Mo'tepeü décida de répondre à cela pour que le dialogue puisse ensuite partir sur de bonnes bases.

MO'TEPEÜ – Je m'appelle Mo'tepeü, je suis un Xolon. A toi maint...

Mo'tepeü fut coupé par un soldat qui n'attendit pas la fin de sa phrase pour brandir son épée vers l'homme en noir. Ce dernier prit l'initiative sur l'attaque, prenant le garde par surprise, bien qu'il ne réussît qu'à lui érafler l'armure.

Soldat en chef – Il résiste ! Chopez-le les gars, mort ou vif !

« Mort ou vif » ?! Mo'tepeü était en train de l'interroger, et les soldats voulaient le tuer maintenant ? C'est là que l'on voyait que le racisme envers les non-Humains primaient sur un insigne de la Guilde des Guerriers de Telbara. Il faut dire à leur décharge que Mo'tepeü ne portait aucune arme, et son seul vêtement était un pagne de feuilles tribal en plus d'un bandage de tissu autour du coude gauche. Sachant que sa race était réduite en esclavage comme toutes les autres, il n'en imposait pas par son équipement, et avait juste l'allure d'un pêcheur. Avec un tatouage tribal, mais ça ne changeait rien.

La situation déplaisait fortement à Mo'tepeü, qui n'imaginait pas avoir à se battre contre des soldats, mais qui ne pouvait pas non plus laisser ceux-ci blesser voire tuer la seule personne peut-être liée aux Chevaliers de Sercanth qu'il avait trouvée en deux mois.

REVAN – Hé toi ! Tu veux savoir ce que je sais à propos des Chevaliers de Sercanth ? Je te propose un marché, aide-moi à me débarrasser de ceux-là et t'auras le droit à toutes les réponses que tu veux, compris ?

Peut-être que Mo'tepeü allait être obligé de castagner des gardes, tout compte fait. Il craignait un peu les répercussions que cela pouvait avoir, n'étant pas non plus parmi les plus expérimentés de la Guilde, même si en trois ans, il savait que la Guilde protégeait ses Guerriers et les défendait en cas de bavure. L'homme en noir avait des informations, mais il était obligé de se servir de son écu pour ne pas finir taillé en pièces par les soldats.

Mo'tepeü se mit derrière le soldat en chef, et vint lui bloquer le poignet avec la trompe, l'empêchant de porter une attaque à l'épée. Surpris, le soldat tourna la tête, trouvant celle de Mo'tepeü qui le fixait sévèrement.

MO'TEPEÜ – Je dois l'interroger ! Ne le tuez pas !
Soldat en chef – Retourne parmi les tiens à Telbara, et laisse-nous faire ce qu'on doit faire !

Mo'tepeü ne l'entendit pas de cette oreille, et fit deux pas brusques vers le soldat en levant la tête. En plus de lui tordre le bras, puisque sa trompe n'avait pas lâché le poignet de l'Humain, le Xolon lui planta une défense dans le poitrail, tout en le bousculant. Le soldat perdit l'équilibre dans un petit cri de douleur. Mo'tepeü lâcha le poignet, mais pour aussitôt frapper le soldat avec la longueur de son bras dans l'alignement des clavicules. Sous la force du coup, et sans équilibre, le soldat s'étala sur le dos.

Mo'tepeü vint alors plaquer son gros pied d'éléphant sur sa poitrine pour le bloquer au sol. Seulement, le soldat n'en resta pas là : le bras droit désormais libre, il vint entailler la peau du Xolon au niveau du tibia, lui arrachant un petit barrissement de douleur. Mo'tepeü avait toutefois déjà encaissé pire, mais un autre des cinq soldats vint lui porter un coup d'épée par derrière, dans l'épaule. Les choses s'annonçaient mal. Mo'tepeü n'avait pas encore les capacités techniques pour maîtriser plusieurs soldats, et comptait encore essentiellement sur son physique.

•————————————•
Fiche de personnage
avatar
Mo'tepeü
Bon
Bon

Race : Xolon
Classe : Guerrier

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une errance mouvementée

Message  Revan le Sam 17 Mar 2018 - 16:42

Revan était encore en train de se battre lorsque le combat bascula en sa faveur.
Le Xolon, c'était comme ça qu'il s'était appelé, avait balancé un soldat à l'aide de cet étrange appendice, et maintenait un soldat au sol en l'écrasant de son immense pied. Sa force était impressionnante, il devait bien le reconnaitre. Il sourit. Peut être les choses allaient tourner en sa faveur désormais.
Il para un coup d'épée d'un des hommes et riposta d'une taillade, égratignant l'armure de son assaillant. L'entrée dans le conflit du Xolon avait porté un coup au moral aux soldats, et Revan avait pu remarquer que malgré leur nombre, ils n'étaient guère de bons combattants. Ils n'avaient pas été formés comme lui aux techniques de combat, et ne connaissaient que des coups simples et grossiers.
Autrement dit, ils n'étaient que des soldats standards. Leur véritable force résidait dans leur nombre.
Mais la chance le délaissa de nouveau. Il entendit le Xolon pousser un petit cri de douleur. Le soldat qu'il écrasait quelques instants plus tôt s'était libéré de ce poids en lui entaillant le tibia. La situation revenait au point de départ, à ceci-près qu'ils étaient deux désormais.
Il n'avait plus le choix désormais . Il allait devoir utiliser son atout.
Il se fraya un chemin parmi les soldats en jouant de parade et de coups précis afin d'atteindre le Xolon. Celui ci combattait férocement à l'aide de ses poings et de ses défenses. Revan était subjugué par l'assurance de celui-ci au comabt. Il était assurément expérimenté.
Une fois arrivé à sa hauteur, Revan lui hurla :

"Hey toi ! Je vais essayer de nous débarrasser de ces cinq là et de nous permettre de s'enfuir. Couvre moi pendant quelques instants et à mon signal, cours le plus vite que tu peux vers la forêt !"

Maintenant que son partenaire d'infortune avait été prévenu, il pouvait passer à la deuxième étape de son plan. Pour cela, il allait avoir besoin d'une main libre et d'un peu de temps.
Il rengaina son épée et passa derrière le Xolon. Il se sentait un peu coupable de se mettre à l'abri en le laissant encaisser les coups à sa place, mais il n'avait pas le choix. Ils n'avaient pas le choix.
Il ferma alors les yeux et plongea dans son esprit. La noirceur l'aidait à se concentrer. Petit à petit, les bruits de lutte s'estompèrent, laissant place à un silence assourdissant. Ce silence continua pendant plusieurs secondes.
Puis les murmures commencèrent.
D'abord imperceptibles, ceux-ci devenaient de plus en plus fort. La noirceur se mit à bouger faiblement.

Allez, montre toi... murmura-t-il, plongé dans cette noirceur désormais vivante.

Les murmures continuèrent, devenant de plus en plus distincts. Les voix semblaient provenir de partout et nul part à la fois. Aussi bien masculines que féminines, elles le poussaient à faire ce qu'elles voulaient qu'il fasse.
Tuer.
C'est alors qu'elles apparurent. Autrefois, lorsqu'il était enfant, il visualisait les flammes de la forge de son père, et leur lumière lui donnait la force de continuer à résister, et l'espoir que tout s'arrangerait pour eux. Depuis la mort de son père, elles étaient devenues aussi noires que les ombres, et ne lui inspiraient plus que de la colère et lui permettait d'utiliser les ténèbres à son avantage.
Il plongea son regard dans les flammes, et sentit la puissance de celles-ci circuler dans ses veines. Alors, il ouvrit les yeux.
Des ombres semblables à des flammes dansaient dans sa paume. Juste assez pour ce qu'il comptait faire.
Il passa alors devant le Xolon et plaqua sa main sur le sol.
Cinq projectiles d'ombres semblables à des serpents fusèrent du sol droit vers les soldats et les percutèrent. Ceux-ci furent envoyés en l'air et atterrirent au sol, sonnés.

"Maintenant !"

Il se mit à courir du plus vite qu'il pouvait vers la forêt. Il espérait que son sort suffirait à clouer aux sols les soldats assez longtemps pour lui permettre de s'enfuir. Il continua de courir, sans s'arrêter, en espérant que le Xolon l'avait suivi.
Il n'entendait plus rien, sa vue était brouillée et il avait du mal à réfléchir. Lancer ce sort lui avait couté plus qu'il ne pensait, et il n'était pas sûr de pouvoir continuer ainsi très longtemps.

Il arriva dans une clairière. Il courait depuis un petit moment déjà, et n'avait pas entendu de signes pouvant indiquer la possible présence de poursuivants. Il s'accorda donc une pause. C'est que c'est pas évident de courir pour sauver sa peau lorsque l'on porte un équipement comme le sien.
Il allait se retourner pour vérifier si le Xolon l'avait suivi lorsque il fut pris d'un violent vertige. Il se sentit soudainement très faible. Sa vision s'obscurcit, ses oreilles se mirent à siffler.

"Et merde."

Et il perdit connaissance.

•————————————•
Fiche de personnage
avatar
Revan
Novice
Novice

Race : Humain
Classe : Chevalier noir

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une errance mouvementée

Message  Mo'tepeü le Sam 17 Mar 2018 - 18:22

L'homme en noir se défendait de son côté, et bien que les cinq soldats fussent manifestement des bleusailles ayant tout juste achevé leur formation au maniement de l'épée, il n'en mit aucun hors d'état de combattre. Au moins évitait-il toute blessure handicapante, c'était déjà ça. Mais les cinq soldats, toutes bleusailles qu'ils fussent, avaient l'avantage numérique, à cinq contre deux, et auraient leurs ennemis à l'usure. Malheureusement, ils avaient l'air de bien se moquer que Mo'tepeü fût un membre de la Guilde des Guerriers, mais leur faire réaliser cette erreur et le préjudice qu'ils encouraient était à cet instant le seul moyen que le Xolon voyait pour s'en tirer vivant.

REVAN – Hey toi ! Je vais essayer de nous débarrasser de ces cinq-là et de nous permettre de s'enfuir. Couvre-moi pendant quelques instants et à mon signal, cours le plus vite que tu peux vers la forêt !

Il ne connaissait vraiment rien des Xolons, sinon il n'aurait pas demandé à l'un d'entre eux de courir le plus vite possible. C'est à peine si les Xolons avaient la capacité de courir. Ils pouvaient se déplacer plus vite qu'un Gupile, c'était toujours ça.
Mo'tepeü fut surtout surpris par le fait que cet homme avait soudain l'air sûr de pouvoir les débarrasser des cinq soldats, alors qu'il n'en avait pas encore blessé un pour le moment. Mo'tepeü ne dit rien, laissant l'homme se positionner derrière lui. Mo'tepeü devenait un bouclier vivant. Il balança sa longue trompe de gauche à droite d'un air intimidant.

MO'TEPEÜ – Je vais ai dit de me laisser interroger cet Humain. Vous vous attaquez à la Guilde des Guerriers. Vous faites une bêtise.

Son accent, ni telbaran ni estanol mais plus exotique encore, n'aidait pas à le rendre crédible. Mo'tepeü ne voyait pas ce que l'homme en noir trafiquait dans son dos, mais il sentait toujours sa présence. Les soldats voulurent les encercler, mais Mo'tepeü fit un grand pas brusque vers le plus proche, qui eut le réflexe d'interposer son épée devant lui ; ayant anticipé cette réaction, Mo'tepeü enroula sa trompe autour de la lame, au risque de s'entailler tout seul, et l'agita en tous sens. Le soldat ne sut comment réagir, ce qui permit à Mo'tepeü de lui attraper le bras d'une main, et l'entrejambe de l'autre. Il le souleva et exécuta une projection pour l'étaler au sol. Il se tourna vers les quatre autres soldats et barrit puissamment.

MO'TEPEÜ – Laissez-nous !

Peu ragaillardis et peu vaillants, les quatre Humains hésitèrent en s'échangeant des regards, attendant chacun qu'un camarade se montre plus courageux. Mais pendant ce temps, l'homme en noir finit son rituel. Il s'accroupit, posant la main au sol, et Mo'tepeü fut effrayé par ce qu'il vit : cinq sortes de serpents noirs jaillirent du sol, chacun visant un soldat, les percutant et les mettant au sol.

REVAN – Maintenant !

L'homme en noir se mit à courir, et Mo'tepeü ne chercha pas à comprendre ce qu'il venait de voir ni à observer l'état des soldats. Seulement, malgré son casque et ses épaulières en acier, l'Humain en tenue des Chevaliers de Sercanth courait toujours plus vite qu'un Xolon, ce qui n'avait rien d'un exploit. Il ne prit même pas la peine de tourner la tête pour voir si Mo'tepeü le suivait bien.

Mo'tepeü alla aussi vite qu'il put. Pas très vite, donc. Les soldats allaient se relever et partir à leur poursuite. Du moins c'est ce qu'il s'imaginait. Mais alors que l'Humain s'enfonçait dans la forêt, Mo'tepeü commença à comprendre qu'il avait tout perdu : cette technique n'avait pas seulement permis au supposé Chevalier de Sercanth d'échapper aux soldats, elle lui avait aussi permis d'échapper au Guerrier qui voulait l'interroger. Désabusé, Mo'tepeü continua d'avancer, à un rythme moins soutenu.

Jetant un regard en arrière, il ne vit aucun soldat le poursuivre. Entre le fait que le lutteur les avait finalement intimidés, et le fait que l'homme en noir se défendait avec une magie aussi noire que sa tenue, ils avaient préféré laisser tomber. Mo'tepeü appela sa cible, sans espoir :

MO'TEPEÜ – Reviens ! Les soldats sont semés !

Lui aussi. Il ne fallait pas rêver, l'homme en noir n'avait aucune raison de revenir ou de l'attendre. Pourtant, Mo'tepeü fit bien de continuer à marcher tout droit, car en arrivant dans une clairière, il vit l'inespéré : l'homme en noir était là, allongé au sol... inanimé. Mo'tepeü se précipita sur lui avec la peur de le trouver tué par quelque chose. Il fut soulagé de voir qu'il n'avait aucune blessure supplémentaire, qu'il respirait, de façon saccadée même. Il avait dû s'écrouler d'épuisement. Sa magie lui avait coûté, il fallait croire.

Mo'tepeü en avait oublié qu'il avait lui-même reçu des blessures, mais les entailles commençaient déjà à cicatriser. Il s'assit à côté de l'homme en noir, ouvrit une outre et lui versa de l'eau sur le visage. Il rangea l'outre et lui tapota la joue.

MO'TEPEÜ – Ouvre les yeux.

•————————————•
Fiche de personnage
avatar
Mo'tepeü
Bon
Bon

Race : Xolon
Classe : Guerrier

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une errance mouvementée

Message  Revan le Lun 2 Avr 2018 - 18:53

Revan rêvait. Ou, pour être plus correct, était plongé dans ses cauchemars. Il était piégé dans l'obscurité, incapable de se déplacer, et autour de lui résonnaient les hurlements de tous ceux qui étaient morts par sa faute. Son ami Seth, les autres apprentis, et surtout, son père. Il essayait désespérément de le rejoindre, de lui venir en aide, mais il ne pouvait bouger. Les ténèbres le suivaient, partout où qu'il aille.
"Tiens bon Papa, j'arrive ! Je vais nous sortir de là, et on rentrera à la maison !"
Les hurlements continuaient, assourdissants. Il hurla à son tour.
Il se réveilla doucement, le visage trempé. Chaque fibre de son corps l'élançait. Jamais il n'avait eu autant mal de sa vie, et ça voulait dire quelque chose. Ca lui apprendra à se mettre dans le pétrin pensa-t-il.
Il remarqua la présence du Xolon. C'était lui qui avait dû le réveiller. Qui avait versé de l'eau sur son casque pour l'obliger à sortir de son sommeil. Il ne pouvait lui en vouloir, il lui avait promis des réponses à propos des Chevaliers de Sercanth, et à en juger par le regard inquiet du Xolon à l'idée de sa mort, cela devait être personnel si il en était venu à l'aider face aux forces armées symbolisant l'autorité gouvernemental de ces terres. Qui plus est, il n'avait pas retiré son casque, ce qui voulait dire beaucoup pour Revan.
Il essaya de se redresser, lentement, mais abandonna. La douleur était trop intense, et il était épuisé par l'effort qu'il avait fait pour utiliser ses pouvoirs.
Toujours allongé, il tourna sa tête vers le Xolon.
"Merci... de m'avoir aidé. C'était très risqué... surtout... pour un non humain... comme toi."
Il gémit de douleur, et pris une pause. Son discours était haché, par la douleur mais aussi par l'émotion que lui inspirait le Xolon. Il n'avait pas abusé de lui dans son sommeil, n'avait pas essayé d'enlever son casque ou son armure. Il lui en était profondément reconnaissant.
"Egalement... Merci pour le casque... De ne pas l'avoir enlevé... Ca représente... Beaucoup pour moi..."
Il reprit une pause. La douleur l'empêchait de se libérer de ce poids dans sa poitrine, de dire ce qu'il avait à dire. Il prit une profonde inspiration, déterminé à continuer.
"Bien... Tu voulais en savoir plus sur... les Chevaliers de Sercanth... pas vrai ? Je... Je vais te dire tout ce que je sais... Absolument tout."
Il reprit une inspiration. La douleur avait diminué, assez pour lui permettre de parler sans s'interrompre.
"Commençons par le commencement. Je m'appelle Revan. Je vivais dans un bourg, mon père était forgeron et nous vivions heureux. Puis un jour, ils sont arrivés. Les Chevaliers de Sercanth. Ils nous ont capturé et emmené dans leur domaine. Nous devions travailler à la forge mais l'un des hommes qui m'avait kidnappé avait décelé en moi un certain... talent, pour la magie des ombres. J'ai été entrainé, avec d'autres captifs, afin de devenir l'un de leurs hommes. Ces hommes étaient impitoyables, et beaucoup d'entre nous moururent avant de finir notre entrainement. Je m'étais fait un ami, un homme-lézard appelé Seth. Nous nous entraidions, bien qu'ils faisaient tout pour que les disciples se détestent. Puis vint le jour du dernier test. Nous avons été conduit dans une arène, équipé de nos armes et armure, et avons dû nous entretuer. Je fus le dernier debout. Et j'ai appris que mon père était mort pendant que je me battais pour le sauver. J'avais tué mes amis... pour rien."
Il s'arrêta, la gorge serrée par l'émotion.
"J'ai littéralement explosé de colère, et mes pouvoirs se sont déchaînés. Puis j'ai perdu connaissance. Lorsque je me suis réveillé, j'étais dehors et le repère était en flammes. J'ai alors erré, puis j'ai été aidé par des villageois loin d'ici, dans un village appelé Cuvet. C'est pour cela que je suis ici, j'essaye de retrouver le repère des Chevaliers de Sercanth afin de trouver quelqu'un pouvant répondre à mes questions."
Il s'arrêta pour reprendre son souffle. Il venait de raconter toutes ses choses personnelles, qu'il n'avait jamais dites, à un parfait inconnu. Il se sentait, soulagé. Oui, c'était le mot. Il le regarda :
"Bon, assez parlé de moi. Pourquoi tu tiens tant à retrouver un membre des Chevaliers de Sercanth ? Par vengeance ? Par amour d'un proche ? Pose tes questions, et j'essayerai d'y répondre."

•————————————•
Fiche de personnage
avatar
Revan
Novice
Novice

Race : Humain
Classe : Chevalier noir

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une errance mouvementée

Message  Mo'tepeü le Dim 8 Avr 2018 - 14:00

Mo'tepeü vit derrière le casque d'acier les yeux de l'Humain se rouvrir brusquement. L'occultiste se réveilla dans un sursaut, et même si Mo'tepeü ne voyait pas bien son visage à cause du casque qui le couvrait, il devina la grimace d'élancement, remarquant que l'homme avait bien du mal à se redresser. Il allait avoir besoin d'un soigneur, ce en quoi Mo'tepeü n'avait aucune compétence.

REVAN – Merci... de m'avoir aidé. C'était très risqué... surtout... pour un non-Humain... comme toi.

Mo'tepeü prenait en effet peu à peu la mesure des risques qu'il avait pris. Il s'était naïvement cru protégé par son statut de membre de la Guilde des Guerriers, mais non seulement tout le monde ne voyait pas cet ordre d'un bon œil, mais ses “origines” telbaranes et sa race n'aidaient pas, et même les soldats ne le respectaient pas autant qu'il l'aurait pensé. Il n'était pas encore bien sûr de comprendre la place qu'occupait la Guilde des Guerriers en ces terres, et cet Humain semblait plus conscient que lui des risques qu'il prenait effectivement.

REVAN – Egalement... Merci pour le casque... de ne pas l'avoir enlevé... Ca représente... beaucoup pour moi...

Mo'tepeü fut assez surpris par ce remerciement. Il n'avait même pas pensé à cela. Il n'avait pas eu l'envie ni le besoin d'enlever le casque de l'Humain. Pourquoi l'aurait-il fait ? Pour le moment, peu lui importait de découvrir son visage entier. Il sentait toujours son odeur et c'était suffisant au Xolon pour l'identifier.

REVAN – Bien... Tu voulais en savoir plus sur... les Chevaliers de Sercanth... pas vrai ? Je... Je vais te dire tout ce que je sais... Absolument tout.

L'Humain obtint toute l'attention de Mo'tepeü. Il restait allongé, et prenait parfois de longues inspirations avant de parler, comme si chaque phrase lui demandait un certain effort. Mais Mo'tepeü n'allait pas le presser. Assis à côté de lui, il l'écouta silencieusement, lui laissant tout le temps nécessaire pour articuler ses phrases.

Son interlocuteur se présenta sous le nom de Revan. Il raconta avoir été lui-même capturé par les Chevaliers de Sercanth, avec son père. On leur demandait de travailler à la forge. Seulement, la prédisposition de Revan pour l'usage de la « magie des ombres » avait été décelée. Plutôt que simple serviteur captif, il avait alors été entraîné pour devenir lui-même un Chevalier de Sercanth. Cet entraînement était rude, apparemment, et plusieurs autres élus y avaient succombé. Revan avait trouvé un soutien en un Homme-lézard du nom de Seth. Leur amitié leur avait permis de traverser les épreuves ensemble ; une amitié qui allaient à l'encontre de ce que les Chevaliers de Sercanth cherchaient à instaurer entre leurs disciples. La dernière épreuve les avait opposés, Seth et lui, dans une arène, et ils avaient dû se battre à mort. Après ce combat dont Revan était sorti tristement vainqueur, on lui avait appris que son père, pour qui il s'était battu, était déjà mort. Revan avait alors réalisé qu'il venait de tuer son seul ami pour rien.

Mo'tepeü sentait l'émotion forte qui nouait la gorge de Revan à mesure que ce dernier racontait son vécu parmi les Chevaliers de Sercanth. C'était en effet une bien triste histoire, qui dépeignait les Chevaliers de Sercanth comme de vrais monstres. Revan raconta avoir laissé exploser sa rage et avoir perdu connaissance ; à son réveil, il avait été déplacé hors du domaine, qu'il avait retrouvé en proie à un gigantesque incendie. Il avait erré et avait trouvé de l'aide auprès de villageois. Depuis, il cherchait à trouver quelqu'un pour répondre à ses questions. Revan ne semblait ni savoir qui l'avait évacué du domaine, ni qui avait déclenché l'incendie.

REVAN – Bon, assez parlé de moi. Pourquoi tu tiens tant à retrouver un membre des Chevaliers de Sercanth ? Par vengeance ? Par amour d'un proche ? Pose tes questions, et j'essaierai d'y répondre.

Vu comment Revan venait de se confier, avec une émotion sincère, Mo'tepeü n'avait absolument aucune raison de faire le mystère sur sa propre histoire.

MO'TEPEÜ – Je suis né dans une tribu. Près du continent. Un jour, quatre enfants et deux adultes ont été enlevés, dont une femelle à qui je tenais. D'autres ont été tués. La Guilde des Guerriers me permet de ne plus rester passif devant ces barbaries. Je me demande si les Chevaliers de Sercanth sont ceux qui ont commis ça. Il y a peu de chances, je crois. Mais ce n'est pas grave. Je ne croyais plus pouvoir venger les miens. Mais même si les Chevaliers de Sercanth n'ont aucun rapport avec mon histoire, il y a d'autres personnes à venger...

Mo'tepeü posa un regard entendu sur Revan. Ce dernier, par exemple, devait être vengé. Mo'tepeü avait justement rejoint la Guilde des Guerriers pour ça. Il ne pensait pas qu'à sa propre petite personne. De toute façon, il pensait que ses chances de retrouver ses six membres de tribu enlevés, étaient archi maigres. Il ne voulait même pas espérer que les Chevaliers de Sercanth soient les coupables, et qu'il trouverait Mifineb et les autres dans leur domaine. Mais si, sous prétexte de cela, il faisait comme si les Chevaliers de Sercanth n'existaient pas, alors il aurait rejoint la Guilde des Guerriers pour rien.

MO'TEPEÜ – Tu dois être soigné, d'abord. Dis-moi où est le village le plus proche, je peux t'y porter.

Joignant le geste à la parole, Mo'tepeü s'apprêta à glisser ses bras sous le dos et sous les genoux de Revan, pour le soulever.

•————————————•
Fiche de personnage
avatar
Mo'tepeü
Bon
Bon

Race : Xolon
Classe : Guerrier

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une errance mouvementée

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum