Le début de la fin d'un long voyage.

Aller en bas

Le début de la fin d'un long voyage.

Message  Chaya le Mer 3 Jan 2018 - 12:35

Chaya avait eut un regard pétillant lorsque qu'elle remarqua que Nimar était impressionné par son tour de magie. Elle aurait voulut le soigner de ses ématomes dû à leur dernière bagarre mais elle ne savait pas le faire.

-Bon, le premier coin qu'on visitera à Telbara n'est pas le plus beau mais ça sera plus rapide que de passer par le sud. Ça s'appelle spéropoleos et c'est à plusieurs journées de marche à l'est. Déjà donne moi le sud.

Elle lui répondit d'un sourire et hocha la tête vers la direction du sud. Ils quittèrent donc le village en pleine fête avec discrètion et marchèrent jusqu'à la nuit tombée où ils établirent leur camp. La tigraine en profita pour faire l'inventaire de leurs provisions qui devraient leur permettre de tenir une ou deux semaines sans chasser sauf s'ils perdaient leurs sacs durant leur voyage. Assise en tailleur prés de leur petit bûcher, Chaya admirait le collier de fleur qu'elle avait gardé autour du cou depuis leur départ du petit bourg. Finalement, elle trouvait ça plutôt joli mais encombrant, elle s'apprêtait à le jeter dans les flammes lorsque Nimar lui fit une remarque :

-Tiens, maintenant que j'y penses, tu tas pas changer de vêtements toi?

Quelque peu gênée, la tigraine baissa la tête sur son pantalon de cuir et peut être que des rougeurs apparurent sur ses joues. Cependant, elle se sentait à l'étroit dans ses vêtements et soyez-en sûr, elle ne tiendrait pas longtemps avec ces tissus sur le corps ! Mais puisque ça plaisait à Nimar... :

- Pourquoi vous mettre tissus qui colent aux fesses ? Lui demanda t-elle en se tortillant.

Malgrés tout, Chaya mourrait d'envie de lui parler de tout ce qu'elle avait apprit du champiz. Mais elle ne savait pas comment s'y prendre et pour la première fois, elle se sentait timide. Au lieu de parler, elle tendit donc son collier à Nimar d'un large sourire en ajoutant :

- Pour Nimar, car Nimar être gentil.

S'était leur dernière nuit avant leur arrivée dans les contrées de Telbara et la tigraine s'endormit sans mal, rêvant de la cité qu'elle convoitait tant.

                                                                                                                ***

Le reste du voyage se déroula sans encombre mais dura de longues semaines. Ils parcoururent plus de 480 kilomètres à travers les plaines ardentes des Rois. Ils bravèrent la pluie et le beau temps et Chaya découvrait un tout autre paysage que sa forêt humide et sombre. Elle aimait la chaleur toride du soleil sur son poil mais detestait la sensation de soif que cela engendrait. Elle aimait les milliers de fleurs sauvages et les nombreuses nuits étoilées que lui offrait l'immensité de la vallée. Plus ils avançaient, plus elle sentait l'impatience qui tordait ses entrailles et les questions fusaient pour Nimar :

- Quand nous arrive ?

- Toi connaître cette fleur ?

- Comment être Spéropo...Los ?

Elle n'arrivait pas à pronnoncer le nom de cette ville, oui, car elle croyait fortement qu'ils arriveraient dans une cité magnifique non loin de Telbara... Puis ils traversèrent une large rivière, en profitant pour remplir leurs gourdes. Les provisions s'ammenuisaient et il était temps qu'ils arrivent enfin à Spéropoleos...
A l'horizon, l'océan se livrait aux yeux admiratifs de Chaya, elle n'avait jamais vu la mer ! D'ailleurs, elle montra du doigt le lointain toute excitée :

- Nimar ! Beaucoup eau là bas ! Moi voir grande eau !

Cependant, elle fut moins enchantée une fois arrivée sur le camp dont l'avait ammené son fidèle ami : La tigraine était perdue face à la grandeur des lieux mais aussi déçue de ne pas voir de magnifiques bâtiments comme elle avait pu en voir durant leur quête. Tout était identique et il n'y avait aucunes maisons à part ses étranges chapitaux. Il y avait énormément de bruit et toute la foule semblait plaquée au même endroit, bien gardée par des gardes humains comme s'il s'agissait d'un troupeau. Chaya faisait voyager son regard émeuraude et sauvage dans les environs, les oreilles braquées hautement sur sa tête, se rendant compte qu'elle n'aimait pas beaucoup cet endroit. Plus ils avançaient, plus elle se collait à Nimar presque terrorisée jusqu'à s'aggriper à son bras.

•————————————•

"Le beauté de la vie, dépend de ton regard"
avatar
Chaya
Bon
Bon

Race : Tigrain
Classe : Druide

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le début de la fin d'un long voyage.

Message  Nimar Ombrien le Mer 3 Jan 2018 - 14:15

Le soir suivant notre départ du dernier village avant le royaume de Telbara, Chaya m'avait demander la raison pour la quel on portait des vêtements qui collaient aux fesses. Je pris une lente aspiration, en principe les vêtements qui "collent aux fesses"  c'est pour attirer les mâles...

-Euh... ça tient chaud

Habile réponse de ma part. Mangeant une bouché de viande en regardant le feu crépiter, je craignais dors et déjà la venue de notre prochaine mésaventure. Je pensais à apprendre à Chaya cette technique ancestrale qui m'avait permis d'arriver jusqu'au royaume de Tacomnal en un seul morceau, cette même technique qu'on appelle communément la fuite. Pour les semaines qui suivraient, savoir éviter le combat nous serait bien utile afin d'éviter d'aller payer un soigneur de campagne...

- Pour Nimar, car Nimar être gentil.

M'arrachant à mes pensées, Chaya me montra un collier de fleurs. Relativement simple, l'objet était plutôt coloré et n'était probablement pas de la concoction de Chaya. Je le pris en adressant un Chaya un sourir suivit d'un tapotement amicale sur l'épaule servant de remerciement. Moi gentil? Une bien drôle d'idée, pas si fausse, ni si vrai. En enfilant le collier de fleurs et en idéalisant mon retour à Tacomnal, j'allais me coucher en espérant qu'aucun événement ne viendrait interrompre ma nuit.

***

Plus de trois semaines devaient être passés depuis le début de notre voyage à travers la plaine des rois. À ma grande surprise aucune créature absolument sanglante ne vint tenter de nous écarteler dans la plus grande des violences de ce monde. Alors que la soif commençait à guetter, je me sortais ma carte afin de me représenter la distance restante à parcourir. Comme tout les jours depuis trois semaines j'affrontais les questions impitoyables de Chaya.

- Quand nous arrive ?

-Je sais pas.

- Toi connaître cette fleur ?

-Je connais que les fleurs qui aident à atterrir dans le lit des demoiselles.

- Comment être Spéropo...Los ?

-J'y suis jamais aller. C'est pas une ville mais plutôt un genre de point de passage il paraît. Mais bon si ça figure sur les carte c'est que ça doit pas être si mal.


Après une longue marche, surtout pour moi, nous arrivâmes à là rivière Phuolocht. Après avoir remonter un peu le courant, nous trouvés un lieu propice à une traversée sans nous mouiller jusqu'au cou. J'en profitais pour boire coMme un goret avant de me relever avec un peu de place pour les tonneaux entiers de délicieuse bière. Pendant que mes rêves d'alcool surplombaient toutes mes pensées, Chaya s'émerveillent su paysage digne de ce qu'elle n'avait probablement jamais vue. Le point culminant du paysage aux yeux de Chaya semblait être l'océan.

- Nimar ! Beaucoup eau là bas ! Moi voir grande eau !

Amusé de son émerveillement, je poussais un léger rire avant de relancer la marche jusqu'a spéropoleos. Notre arrivé eut la faculté de me décevoir: je savais que le lieu était bourré de tentes l'ais je ne vis rien qui ressemblait à une taverne. Par extension,  pas de bonne gnôle ou de glandu bourré a qui "empreinter" de l'or. Aussi je constatait bien vite que la totalité de la garde était humaine la ou aucun homme ne réside dans les civils. Même si ça va à l'encontre des principes de Telbara, c'est un fonctionnement logique car évitant toit type de disctimination par là loi étant donné que les soldats n'ont aucune rais on d'aimer plus un tigrain qu'un hoMme lézard. Chaya qui avait probablement remarquer ce fait mais ne l'ayant pas vue d'un si bon oeuil, se plaqua contre moi et agrippa mon bras.

-Ssssalut à vous Voyageurssss.

Cette voix inconnue venait d'une Naga, race que je n'avais jà mais vraiment côtoyer et que je connaissais de nom. La femme serpent nous abordait près d'une tante un peu plus grosse que les autres de laquelle on pouvait voir dépasser une caisse ou deux. La serpent repris...

-Je voussss ai vue arriver plus tôt. Je ssssuppose que voussss êtes des voyageurs de Tacomnal venu trouver le repos? Sssi vous le déssssirez je possède des alcools et objets divers à vendre. N'attendez pas de la grande qualité, nous ssssommes à ssssperopoleossss.

Drôle de manière d'aborder ainsi les gens dans la rue. Mais la... reptile me proposait de l'alcool. Hors jamais de ma vie je ne cracherais dessus. Je payai donc à un prix certes peu raisonnable mais plutôt logique quand on immagine la pauvreté environnante. Je me saisis de ma choppe et bue une gorgé sans l'avaler. Je me suis tenu droit et pendant quelques secondes, je ne fit aucun mouvement, avant d'écarquiller les yeux et de recracher la boisson dans le récipient...

-Mais c'est dégueulasse!

Sans vraiment afficher d'hostilité, la Naga répondit...

Cccc'est tout cccce qu'il me ressste après le passsssage des Drufac.

Bon, je conçois que c'était impolie de ma part de déclarer "c'est deguelasse". Je conçoit aussi que la dame n'était pas riche et que faire le coup de "un peuple barbare m'à tout pris" est pratique pour faire l'aumône. Mais je n'aime pas qu'on me le fasse à moi, il s'agissait bien évidemment d'un coup monté car le premier bosquet est à plus d'une heure de marche, une extension de la forêt du calme àplusieurs kilomètres au nord est de Vinesson séparé du reste de la forêt par les bûcherons. Les rumeurs sur des Drufac la bas circulent, mais ils ne viendraient jamais aussi loin pour des pauvres.

-Dis donc machine, pas la peine de mentir pour gratter des pièces. Des drufacs en ville? Oui bien entendu! Et moi ce matin en allant acheter du pain j'ai croiser un dragon-vampire-garou qui mangeait un sondeur de styx!

-Je vois que voussss avez des difficultés à me croire. Pourtant ccccc'est logique et ssssurtout vrai. N'avez vous pas entendu les rumeurs ssssur le groupe au sud esssst d'ici?

-Mouai plus ou moins. Mais bon je vois mal les hommes sangliers se taper une heure de marche pour voler une miche de pain par innocent sans que la garde ne capte rien.

-Les gardes? oh ssssi ils le ssssavaient, peut être interviendraient ils. Mais aux yeux des ssssoldats, nous ne ssssommes que des mendiants qui ssse font passer pour des victimes de vols pour toucher une compenssssatsssion. Même ssssi les ssssauvages ne tirent pas grand profits de leurs quelques vols en pleine nuit, tant qu'ils ne sssse font pas voir par les gardes, ils ne rissssquent rien. Aucun habitant de ssssperopoleossss ne peut sssse défendre, juste donner sssses faibles provisssions. Depuis qu'ils ont découvert le coin, cccc'est pour eux une mine d'or. Ils frappent la nuit, j'esssspère pour vous que vous ne dormez pas a la belle étoile...

Tout bien réfléchis, son histoire tenaît la route. On m'avait décris le lieu comme pauvre mais si en plus des sauvages attaquent les innocents dans le dos des gardes, ça expliquerait la tension qui pèse. Qui plus est la femme-serpent n'à pqs insister sur son statut de victime. Elle ne cherchait pas l'aumône, elle ne faisait que prévenir. Si son histoire était vrai et que les drufacs étaient venu hier voler sa gnôle, ils ont due n'avoir ni la capacité de transport ni la résistance à la boisson nécessaire pour ramener de la nourriture à leur tribu. Par conséquent, cette nuit, ils rattraperont le coup et seront plus nombreux que d'ordinaire pour se nourrir. Chaya et moi n'avions nulle part ou nous abriter et le crepuscule venait déjà.

•————————————•
dans ce monde, te tuer serait un acte altruiste...
avatar
Nimar Ombrien
Bon
Bon

Race : Tigrain
Classe : Voleur

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le début de la fin d'un long voyage.

Message  Chaya le Jeu 4 Jan 2018 - 13:46

Toujours accrochée au bras de Nimar, la jeune tigraine observait tout autour d'elle avec le soudain désir de retourner dans sa forêt paisible, il y avait énormément de passage et parfois on la bousculait. Son attention se posa alors sur une naga qui venait de les acoster. Celle ci était plutôt grande et amaigrit, elle avait de longs cheveux châtains emmêlés et portait une tonne de gri-gri. Une discussion s'engagea entre elle et Nimar :

-Je voussss ai vue arriver plus tôt. Je ssssuppose que voussss êtes des voyageurs de Tacomnal venu trouver le repos? Sssi vous le déssssirez je possède des alcools et objets divers à vendre. N'attendez pas de la grande qualité, nous ssssommes à ssssperopoleossss.

Chaya ne comprenait déjà pas les paroles de Nimar alors cette fois s'était le bouquet ! La tigraine l'observait en ayant aquis seulement le mot Tacomnal, mais ce que ressentait cette femme reptile était bien plus important aux sens de Chaya : Celle ci semblait angoissée et sur la défencive, comme si elle redoutait quelque chose. La jeune fille resta silencieuse tandis que Nimar goûtait un étrange liquide que la naga lui avait proposé, d'ailleurs, il le recracha instantanément en grognant, ce qui la fit sursauter et sentir les éffluves de ce liquide : Une forte odeur de houblon, très étrange ... Et cela ne semblait pas très bon en y voyant la réaction de son ami.
S'en suivit d'une longue conversation et Chaya avait décroché. Son regard était trop attiré par la population active des lieux : Certains semblaient démunis et sales, d'autres prêts à vous bondir dessus pour le moindre reste de nourriture, des enfants de toutes les races courraient dans tout les sens passionnés par leurs jeux, quelques femelles s'occupaient de leur linge ou cuisinaient devant leurs tentes mélangeant milles saveurs. Une fois encore, elle ressentait les énergies des autres : De la soumission, de la peur, du respect, un peu de solidarité pour certains mais aucuns sentiments de liberté. Cet endroit puait la pauvreté, la fatigue et l'indignation. Chaya ne comprenait pas les raisons pour lesquelles Nimar les avaient emmenés ici.
La naga continuait de parler avec son ami...:

-Les gardes? oh ssssi ils le ssssavaient, peut être interviendraient ils. Mais aux yeux des ssssoldats, nous ne ssssommes que des mendiants qui ssse font passer pour des victimes de vols pour toucher une compenssssatsssion. Même ssssi les ssssauvages ne tirent pas grand profits de leurs quelques vols en pleine nuit, tant qu'ils ne sssse font pas voir par les gardes, ils ne rissssquent rien. Aucun habitant de ssssperopoleossss ne peut sssse défendre, juste donner sssses faibles provisssions. Depuis qu'ils ont découvert le coin, cccc'est pour eux une mine d'or. Ils frappent la nuit, j'esssspère pour vous que vous ne dormez pas a la belle étoile...

Puis Chaya fut attirée par un stand où un homme-lézards possédait tout un attirail de breloques qu'il semblait échanger avec les habitants. Certains objets inconnus aux yeux de la tigraine brillaient et elle ne put résiter à l'envie de s'en approcher, s'éloignant de Nimar. Le vendeur faisait une démonstration miraculeuse pour Chaya, celui ci arrivait à faire apparaitre du feu rien qu'en grattant une petite tige de bois sur une boite mystèrieuse. Curieuse, elle se présenta au stand, l'homme lézard vint directement à sa rencontre :

- Salutation voyageuse ! Tout mes objets te seront utiles à condition de pouvoir me les acheter. Vous aurez sûrement besoin de ça ...

Il commença à lui présenter divers objets que Chaya ne connaissait pas du tout : Une brosse à cheveux, du parfum, des chaussures, un sac à dos alors qu'elle en avait déjà un, des bijoux, des pattes de lapins ? Oui des pattes de lapin séchées ... Pourquoi ? On ne sait pas. La tigraine avait les yeux rivés sur la boite magique, autrement dit, les allumettes. Un long silence s'introduisit suite aux présentations diverses du marchand, celui ci comprit que Chaya était attirée par cet objet banal pour lui et pour tout le autres d'ailleurs. Sur le coup, il leva un sourcil de surprise puis se dirigea vers les allumettes en s'exclamant :

- AAAaaaaaah, je vois que vous êtes intéressée par mes allumettes ?

Chaya leva les yeux sur lui et hocha la tête brièvement en répétant :

- Aloum...ette ?


L'homme lézard eut un petit rire et lui fit une brève démonstration. Chaya recula d'un pas éberluée : Comment était-ce possible ? Etait-il un sorcier ?  Il lui tendit ensuite le  petit morceau de bois enflamé qu'elle regarda avec admiration :

- Soufflez sur la flamme et elle disparaitra en un clin d'oeil !
Poursuivit-il avec un air fourbe sur le visage.

La tigraine fit ce qu'il demandait et le feu s'évapora de la petite tige. Elle  sentit l'odeur de brûlé et souria :

- Si vous voulez cette boite magique. Profitait le marchand, il vous faudra me l'acheter au prix fort ! Cette chose est rare ! Rare, vous comprenez ?

- Rare. Répéta naïvement Chaya en acquiessant.

S'en suivit d'un silence. L'homme lézard avait bien comprit qu'il pouvait la mettre dans sa poche facilement, il tendit sa main :

- Alors ? Vous l'achetez ? Insistait-il, impatient de faire une affaire ou plutôt...Une arnaque.

Chaya fit une mine boudeuse et gênée :

- Moi oublier comment acheter...

Il la regarda d'un air étonné au bord de la crise de rire puis, les yeux pétillants de malice, il pointa du doigt l'arc de Chaya :

- Je te donne la boite si tu me donne ton arc . Proposa t-il.

Elle hésita un instant en se mordant la lèvre et commença à retirer l'arc accroché à son dos...

•————————————•

"Le beauté de la vie, dépend de ton regard"
avatar
Chaya
Bon
Bon

Race : Tigrain
Classe : Druide

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le début de la fin d'un long voyage.

Message  Nimar Ombrien le Jeu 4 Jan 2018 - 15:08

Tout en marchant dans la rue, je pensais aux paroles de la Naga. Si les drufacs viendraient en nombre cette nuit, mieux vaudrait trouver une tante ou nous abriter. Hors je ne crois pas avoir vue quiconque dans le coin dire "venez dans ma tante de luxe pas chère". En me creusant les méninges, je vérifiait l'état de mes dagues avant de les rengainer et de les masquer par ma cape. D'un coup d'oeuil vif je regardais l'allée dégagée noir de monde devenir petit à petit plus accessible. La plupart des vendeurs de camelote commençaient déjà à ranger leurs babioles. Levant les yeux au ciel, je compris que le phénomène s'expliquait par l'arrivée de la nuit qui n'en avait plus que pour une demi heure.

-Chaya, reste près de moi, va y avoir des bêtes sauvages qui vont venir bien affamés cette nuit. Les gens chercheront probablement tout moyen de se défendre alors veille sur chacune de tes flèches et ton arc... Chaya? Oh Chaya ou t'es?!

Trente minutes... trente minutes avant l'arrivé de créatures armées et j'avais perdu Chaya dans une allée marchande. D'elle qui part en balade sans prévenir alors que les drufacs ne vont pas tarder et de moi qui ne m'en suis aperçu qu'après qu'elle ai eu le temps de se faire mille fois arnaquer, c'est à se demander qui est le plus con! D'un pas rapide, je rebroussais chemin en regardant chaque recoin. Chose qui devenait de plus en plus aisé à la vue de la populace partant se cacher. Je finit par voir Chaya dans le pire des scenarios: en face d'un vendeur de merdes. Je m'approchais pour entendre...

-C'est un plaisir de faire affaire avec vous madame.

-Hop, hop hop, Chaya qu'as tu acheter. Et comment t'as fais sans argent?

Je marquais une pause avant qu'un élément terrible ne vienne choquer mon esprit...

-Chaya... ou est passé ton arc?

Je vis alors dans le dos de l'homme lézard mannifestement malhonnête un arc ressemblant à celui de Chaya... pour ne pas dire que c'était lui!

-Mais... mais.... Chaya les drufacs arrivent dans vingt minutes! Me retournant vers l'homme lézard. On annulé l'échange, rendez l'arc!

-Vingt minutes avant la nuit? Ah mon bon monsieur désolé, nous sommes fermés et n'offrons plus nos services... mais si vous insistez nous pouvons toujours faire appelle à la garde. Allez dégagez.


Cette raclure méritant mille fois la mort pour vouloir survivre à mes dépends à moi et mes compagnons m'avait ceci dit donner une merveilleuse idée. La garde Sans preuve d'arnaque ne m'aiderais pas. Mais avec le bon angle et un bon esprit, on peut faire croire à n'importe qui n'importe quoi. Je me mis donc de côté, a 90° du marchand environs. Je saisi ma dague, coupai le fil reliant ma bourse à l'intérieur de ma cape  et d'un rapide mouvement, jetai dans les mains de l'arnaqueur l'arme et la monnaie. Sous l'effet de surprise, ce dernier saisit instinctivement les deux alors qu'ils étaient en l'air sans vraiment comprendre la raison. Voyant le poisson mordre à l'hameçon, je pointais mon index vers le vendeur et hurlais-Je à un duo de gardes à une quinzaine de mètres de la...

-Au voleur!

•————————————•
dans ce monde, te tuer serait un acte altruiste...
avatar
Nimar Ombrien
Bon
Bon

Race : Tigrain
Classe : Voleur

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le début de la fin d'un long voyage.

Message  Chaya le Jeu 11 Jan 2018 - 15:27

La nuit allée tomber et Chaya se tourna vers le camp où le monde semblait ranger ses petites affaires, sans son arc. Elle vit la silhouette de Nimar se glisser entre les passants et sourit, elle avait une nouvelle découverte à lui montrer : Ses alumettes. Pourtant lorsqu'il arriva sur elle, Nimar semblait plutôt mécontent :

-Hop, hop hop, Chaya qu'as tu acheter. Et comment t'as fais sans argent?


-Où est ton arc ?

Chaya baissa les yeux et envoya des yeux par derrière son épaule, là où se trouvait l'homme lézard avait qui elle avait passé un échange :

- Euuhmmmm.... Bégaya t-elle en hochant la tête.

- Mais... mais.... Chaya les drufacs arrivent dans vingt minutes!

Il la réprimandait peut être, s'était sûr pensa la tigraine, mais elle n'avait absolument pas compris ce qu'il venait de lui dire, elle ressentait seulement qu'il était pressé et angoissé. En réponse, elle répéta d'un air interrogateur avec sa boîte dans la main :

- Drufacs ?


Mais Nimar était trop occupé à se disputer avec l'homme lézard. Qu'avait-elle fait de mal ? Elle regarda avec des yeux ronds la scène qui suivit : Son ami  envoya une petite bourse pleine de pièce dans les bras de l'arnaqueur et se tourna vers la foule pour hurler "Au voleur !" . Quel vilain ! Il venait de piéger le pauvre homme qui lui avait donné sa boîte magique ! Chaya avança vers Nimar et tenta de s'interposer alors que des gardes s'aprochaient :

- Nimar ! Homme gentil donne a moi pouvoir du feu !

D'abord, les deux humains en armure qui les avaient rejoinds se mirent à rire en regardant la tigraine de bas en haut. Quant à Chaya, elle se tut instantanéement et se mit à les fixer avec méfiance, n'aimant pas ce genre d'humains entourés d'un cocon de fer qui les protégeait*. Les gardes se tournèrent ensuite vers Nimar et le vendeur, l'un d'eux, le plus gros, sembla s'adresser à l'homme lézard :
- Renek' s'était ton dernier avertissement tu l'sais n'est ce pas ?

- Mais les gars ! Je n'ai rien volé ! Se révoltait le marchand. Il tendit le doigt vers Nimar : C'est lui ! Il ment !

Le second garde sortit son épée de son fourreau et l'autre continua en ricannant :

- Oui. Tu nous l'a déjà faite celle là, ammène toi, tu nous dois de l'or si tu veux pas finir au cachot.

L'homme lézard lança un regard si noir de colère vers Nimar que Chaya était prête à bander son arc sur le champ. Celui ci fit le tour de son stand toujours en fixant son ami et le bouscula brutalement et volontairement en passant à côté de lui. Cette fois la tigraine grogna et s'apprêta à lui donner un coup mais son bras fut furtivement stoppé par l'un des humains qui la repoussa comme ci elle était une bête :

- On se calme la sauvage ! Renchérit-il.

La tigraine avait horreur qu'on la traite de cette façon, à chaque fois qu'elle croisait un peuple, en particulier humain, ils la considéraient comme un animal. La jeune tigraine fit une roulade soudaine vers le stand, récupéra son arc et les cibla directement. Le voleur en profita pour s'enfuir. Les humains restèrent muet, les poings serrés puis l'un d'eux s'adressa à Nimar :

- On a assez d'ennuis à gérer ici, calme ta copine sinon on va devoir s'occuper d'elle.

•————————————•

"Le beauté de la vie, dépend de ton regard"
avatar
Chaya
Bon
Bon

Race : Tigrain
Classe : Druide

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le début de la fin d'un long voyage.

Message  Nimar Ombrien le Dim 14 Jan 2018 - 13:36

Chaya disait le vendeur brave et donneur de pouvoirs... Sans doutes aurais-je due expliquer à mon compagnon les principes de l'arnaque et des allumettes. Ceci dit l'intervention des gardes la rendit muette sous le coup de moqueries des deux hommes, chose qu'ils auraient pue éviter. Ils se tournèrent ensuite vers ce dénommé renek' pour lui signaler que son dernier avertissement lui garantissait un allée vers les geôles. Il réagit en proclamant son innocence mais fort heureusement, l'homme n'avait aucun sens de la dialectique et les gardes le prirent pour un menteur. Sur le coup de la colère, il me lança un regard noir qui m'apparaissait amusant, pour ensuite contourner son stand dégarni et me bousculer volontairement. L'imbécile me permit ainsi dans le contacte de reprendre ma bourse directement dans ses mains qu'il gardait comme seule compensation. Chaya ne vit pas l'acte d'un bon oeuil et dans un grognement tenta de le frapper pour voir un garde saisir son bras et là rejeter sur le côté pour ensuite déclarer.

-On se calme la sauvage !

Le jeu avait commencer, le mot "sauvage" avait due faire mouche dans la cervelle de mon compagnon. Par pure précaution, je tendais à un garde ma bourse pour l'l'encourager à passer outre les futurs insultes lancées par Chaya. Futurs insultes qui furent remplacés par la prise de son arc qu'elle banda instantanément... bien entendu avec ce genre de réaction ma petite bourse ne suffisait pas à calmer les gardes. Celui la même à qui j'avais tendu ma bourse me demanda d'aller la calmer sans quoi nous nous ferions poutrer. Je lançais un regard furtif sur la bourse pour demander de la coopération et de la patience.

-Du calme, du calme. Personne ne veut de mal à personne ici on s'est juste mal compris. Il voulait pas t'insulter en disant "sauvage chaya" juste tenter de te nommer sans connaître ton nom.

Voyant mon monologue improvisé insuffisant je fit signe aux deux camps de rengainer leurs armes. D'un mouvement rapide, je m'approchait de Chaya pour lui chuchotter...

-Chaya, on a vraiment pas le temps de se faire tuer par deux gardes, poses ton arme et je t'expliquerais quel était le problème avec le vendeur, qu'est ce que c'est qu'un Drufac et surtout pourquoi tu as besoin de ton arc.

•————————————•
dans ce monde, te tuer serait un acte altruiste...
avatar
Nimar Ombrien
Bon
Bon

Race : Tigrain
Classe : Voleur

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le début de la fin d'un long voyage.

Message  Chaya le Dim 14 Jan 2018 - 14:19

La tigraine baissa son arc en fixant les deux gardes. Nimar ne voulait pas se battre, pourquoi ? Ils méritaient pourtant leur colère... Son ami se tourna vers elle :

-Chaya, on a vraiment pas le temps de se faire tuer par deux gardes, poses ton arme et je t'expliquerais quel était le problème avec le vendeur, qu'est ce que c'est qu'un Drufac et surtout pourquoi tu as besoin de ton arc.

Incroyable, elle venait de comprendre l'intégralité de ce qu'il venait de lui dire ! Son discour avait été franc et simple. La tigraine s'éloigna donc des deux humains en leur lançant un regard froid. Ceux ci accéptèrent volontier la bourse de Nimar et lançèrent un dernier avertissement avant de partir :

- On vous a à l'oeil...

Plus que vexée de ne pas avoir pu se défendre face à ces humains stupides, Chaya avançait au hasard à travers le camp de plus en plus silencieux, bras croisés. Elle remarqua que certains hommes se tenaient postés devant leur hutte armés jusqu'aux dents. La jeune tigraine fronça les sourcils, sentant une étrange pression qui s'accumulait dans les environs. Quel endroit étrange... Puis, elle s'arrêta devant tout un tas de caisses entreposées au milieu du chemin de terre. Il y avait également tout un tas d'objets. Chaya était fascinée par tout autre chose, elle grimpa sur la montagne de provisions avec agilité afin de pouvoir admirer la vue lontaine qui pouvait s'offrir à ses yeux emplits de curiosité : L'océan et le reflet de la Lune sur celui ci.
Ce que la tigraine ignorait, s'était qu'elle était juste au dessus des offrandes faites par les habitants du camp pour l'arrivée des Drufacs. Les migrants pensaient qu'en leur donnant directement quelques victuailles, ils éviteraient tout conflits ou représailles...
Soudain, ses oreilles se dressèrent sur sa tête. Elle entendit des sons lointains de ruminements, de claquements de fers... Elle pivota vers la vue du camp et aperçu quelques lumières s'en approcher avec discrètion de tout les côtés ainsi que plusieurs centaines d'ombres...Probablement ce que Nimar appelait les Drufacs...

•————————————•

"Le beauté de la vie, dépend de ton regard"
avatar
Chaya
Bon
Bon

Race : Tigrain
Classe : Druide

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le début de la fin d'un long voyage.

Message  Nimar Ombrien le Dim 14 Jan 2018 - 15:57

Tandis que nous prenions nos distances avec les gardes, je commençais les explications promises à Chaya.

-Bon pour te faire un résumé rapide, les drufacs, c'est des hommes sanglier... cochons. .. je sais plus, Violents et qui vivent du pillage. Or leur cible c'est ici. Le vendeur savait ça et du coup en prenant ton unique arme il s'est montré malhonnête.

Sans avoir eu le temps de détailler, je stoppais mon explication, occupé par un élément du décor incohérent. Au milieu du chemin, un tas de caisses étaient entreposés. Le plus étrange étant que ces dernières étaient bourrées de provisions. Chaya quand à elle eu le réflexe le plus logique face à un tas de bouffe: grimper dessus pour voir la plage. Peut être devrais-je l'y emmener? Ce fut ma pensée avant de comprendre que cette caisse était la pour éviter aux habitants de se faire tabasser dans la nuit par les drufacs. C'était l'offrande des vaincus. Et Chaya était dessus, au sommet dela cible des ennemis. Soudain des pas se firent entendre, légers et tentant de se faire discret mais trop nombreux pour l'être. Les habitants firent la même constatation que moi et les rares courageux sortits de leur tente pour ne pas être pris au dépourvu dans leur sommeil se mirent à rentrer se cacher comme des poltrons. Alors que quelques ombres se dessinaient, je saisi Mon compagnon par le bras et courais m'enfoncer dans une tente ou logeait une dryade de feu d'apparence féminine qui gardait sa tente ouverte aux sans abri. Elle referma ensuite son habitation pour se camoufler et absorba le feu de camp d'une traite pour ne pas dévoiler la position des cachés.

Sous cette tente se refugiaient un demi-orc borgne et puant mais armé d'une belle épée, la dryade en question a l'apparence très proche d'un humain à l'exception de sa peau dont la couleur et la texture étaient très semblables à de l'obsidienne, fragile mais brûlante, illuminée d'une lueur rougeâtre qu'elle s'embêtait à affaiblir, ainsi que Chaya et moi...

-Vous?! Je n'arrive pas à à croire que vous osez vous presenter devant moi!

Caché dans l'ombre, un autre Sqns abri se cachait. Un certain homme lézard qui par le plus grand des hasard se retrouvait avec ceux qui ont failli l'envoyer en prison un peu plus tôt. Heureux de recroiser cet enfoiré, je déclarais...

-Nous emmerde pas, c'est ta faute si t'as faillis aller en cage et si t'as pas remarquer il y a des machins violents dehors.

-Taisez vous ou nous serons repérés. lança la dryade. Ils sont nombreux, beaucoup plus nombreux que d'ordinaire. Il doit y avoir toute la tribue... au moins une patrouille de garde passera et les repérera cette fois.

-Ça suffira pas une seule patrouille pour toute la tribue. En plus si ils se battent les tentes alentours risquent d'être prises dans la mêlée et la tienne est pile à côté.

Je baissais d'un ton entendant les gémissements des drufacs semblant moyennement satisfait de l'offrande. Chacun laissa place au silence un instant le temps que les pas s'éloignent de quelques mètres. Si les bêtes se mettaient à vider les tentes ou à se battre contre une troupe de garde, on serait les premiers exposés. On ne pouvait pas rester dans cette planque obsolète. Je me mis à portée de voie de chacun.

-Bon, on est à l'est du campement, on peut donc se diriger vers la plage pour s'échapper.

-Merci génie! Et on fait comment pour pas se faire repérer?

-Les drufacs sont nombreux, ils se feront repérer. Par les gardes. On profitera de l'occasion pour sortir par un trou fait à l'arrière de la tente et la on se déplace aussi discrètement et rapidement que possible jusqu'a sortir. Des objections?

•————————————•
dans ce monde, te tuer serait un acte altruiste...
avatar
Nimar Ombrien
Bon
Bon

Race : Tigrain
Classe : Voleur

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le début de la fin d'un long voyage.

Message  Chaya le Dim 14 Jan 2018 - 16:36

Des fortes odeurs de purin et de porc envenimèrent les narines de Chaya, contrainte à suivre Nimar qui paniquait. Ils firent irruption dans une tente où il y avait plusieurs individus. La tigraine resta silencieuse, à l'affût du moindre danger. Elle ressentait la sueur et l'inquiètude entre toutes ses personnes cachées.
Chaya écoutait brèvement les discours des uns et des autres, elle était concentrée sur les bruits sourds de l'extérieur, le troupeau fouillait les caisses sur lesquelles elle était montée. Il y eut des grognements. Sa ne sentait pas bon du tout, la tigraine le savait, elle prépara son arc alors que Nimar proposait son plan aux autres :

-Les drufacs sont nombreux, ils se feront repérer. Par les gardes. On profitera de l'occasion pour sortir par un trou fait à l'arrière de la tente et la on se déplace aussi discrètement et rapidement que possible jusqu'a sortir. Des objections?


Pas une plainte à part pour l'homme lézard qui fulminait encore de leur dernière entrevue :

- Tu fais comme tu veux mon pote mais j'ai pas confiance en toi, les autres ne devrait pas te suivre t'es qu'un mythomane.


Chaya avait comprit qu'il s'opposait aux idées de Nimar, elle se retint de le frapper préférant surveiller l'avant de la tente au cas où un drufac serait assez fou pour y mettre les pieds. A l'extérieur, le chaos commençait son oeuvre. Les envahisseurs poussèrent des cris stridents de mécontentement et commençèrent sûrement à piller les alentours à en croire les cris de détresse des habitants. La tigraine était prête à bondir, elle aurait même voulut courrir au secour de tout ses pauvres gens, mais les enemis étaient trop nombreux. Il fallait s'enfuir, battre en retraite.
Le remue ménage fit réagir la dryade qui se dirigea vers l'arrière de la tente en commentant :

- Le jeune tigrain à raison, nous ne pouvons pas rester.

Chaya hocha brièvement la tête envers Nimar. Le demi-orc grommela et se mit à creuser avec dévotion de ses larges mains, aidé de la dryade. Quant à l'homme lézard, seul dans un coin de la maison en toile, il marmonait les bras croisés.
Tout à coup à l'extérieur, entre les hurlements des migrants et des drufacs, ils purent entendre la venue d'un escadron de garde pour faire une riposte :

- Halte là ! Partez de ce camp ou nous devrons vous sortir de fo...

Apparement, cet homme n'avait pas pu finir sa phrase puisqu'il prit un coup mortel. De là, les fracas des épées qui s'entremêlaient commençèrent à résoner, le combat avait commencé. Le demi-orc et la dryade accélérèrent la cadence et l'arnaqueur ricannait amerment :

- Ne vous fatiguez pas, vous allez tous mourir ...

Le trou était enfin assez profond pour s'y glisser, la dryade passa en premier, suivit du gros barraqué, Chaya lança un dernier regard de braise à l'homme lézard avant d'être la suivante, devant la sortie, elle pressa son ami :

- Nimar vite !


La porte de la tente sembla s'ouvrir avec violence ...

•————————————•

"Le beauté de la vie, dépend de ton regard"
avatar
Chaya
Bon
Bon

Race : Tigrain
Classe : Druide

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le début de la fin d'un long voyage.

Message  Nimar Ombrien le Dim 14 Jan 2018 - 17:33

Le dernier, j'étais le dernier à sortir après Chaya et l'homme lézard qui malgré un évident ma que de foi s'est empresser de se casser. Je regardais ce qui servait de porte à la tente pour voir passer au travers un Drufac égorgé suivit d'un congénère vivant se battant contre un garde, un grand spectacle qui s'acheva par un coup de hache du Drufac rebondissant contre le plastron de fer du garde qui, profitant de la surprise du sauvage, lui coupa un bras de sa lame fort bien aiguisée. Avant de m'enfouir dans les ténèbres, j'observait les mouvements de troupes. Malgré leur supériorité en terme de talent,  les gardes humains sont trop peu nombreux et tentent d'attirer les ennemis vers d'autres troupes afin d'égaler le nombre. Je m'avançait au pas de course vers ma troupe pour déclarer.

-Mauvaise nouvelle, les gardes attirent les drufacs dans notre direction.

-J'aurais mieux fait de me tailler les veines sur place. lança l'homme reptile de son habituel ton plein d'espoir.

Nous avançâmes dans de courts couloirs dont les murs étaient des amas de tentes permettant de nous infiltrer, nous étions forcés de nous arrêter de temps à autres à cause de passages de drufacs. Nous en étions quasiment à courir à cause des gardes qui n'étaient qu'une vingtaine de mètres derrière nous profitant de l'étroitesse du passage pour bloquer l'avantage numérique des drufacs. En passant devant l'homme lézard, je m'adressais à la dryade.

-Oh dryade, tu peux pas produire du feu pour les effrayer?

-Dryade c'est pour les inconnus. Tu peux m'appeller Darsa... et tu te doute bien que si j'étais une archimage de feu je ne logerais pas ici.

Elle s'arrêta soudain et fit signe de se cacher derrière les toiles de tente. Je me plaçais donc aux côtés de Chaya pour voir un groupe de trois drufacs attendre pour prendre en sandwich le premier garde approchant. Le problème étant que NOUS sommes les premiers arrivant  et que nous ne pouvons attendre les drufacs derrière.

-J'ai un plan, j'envoie une pierre, ils sont distrait, on passe en force, ils ont pas le temps de réagir.

-Ah non, t'es combines à la con j'ai pas conf...

N'écoutant que mon instinct et sûrement pas l'autre arnaqueur, j'envoyais une pierre à l'aveuglé pour entendre un bruit et un crie me poussant à croire que que ma pierre à touchée un ennemi.

-Merde! En plein dans la mouille.

-C'est bien parce que en plus si ils ont vue d'ou venait la pierre ils vont nous charger, je suis pas tailler pour me prendre des coups de marteau, je suis en verre volcanique, c'est pas dur ce machin.

-Oui bon ben j'ai pas pue calculer tout les facteurs, prenez exemple sur le demi-orc et m'emmerdez pas!

-Il est muet, c'est pour ça qu'il te traite pas d'enfoiré!

Cherchant un moyen de régler mon erreur, je vit que les drufacs avaient quand même été divertis par l'attaque et se demandaient ce qui leur était tomber sur la gueule. De toutes façon nous manquions de temps les gardes arrivaient trop près. En ordonnant la charge, je me lançais en premier et d'une roulade, passais sur le flanc droit d'un Drufac encore ébêter  pour lui mettre un coup de coude le poussant sur son camarade. Une fois la diversion faite, je repris ma course en verifiant que tous me suivaient.

•————————————•
dans ce monde, te tuer serait un acte altruiste...
avatar
Nimar Ombrien
Bon
Bon

Race : Tigrain
Classe : Voleur

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le début de la fin d'un long voyage.

Message  Chaya le Dim 14 Jan 2018 - 18:05

Pour qu'elle raison Nimar avait envoyé ce caillou ? Bonne question, la tigraine ne comprit pas, ils étaient pourtant si tranquils à se faufiler ... Un groupe de drufac devant eux cherchaient encore  d'où était provenu le projectile. C'est alors que Nimar ordonna de foncer. L'orc le suivit de prés, donnant des coups d'épée brutaux et empêchant ainsi les envahisseurs de s'approcher trop prés. La dryade se mit elle aussi à suivre le tigrain, brûlant au passage quelques victimes pour éviter qu'elles ne se relèvent ...

Chaya porta un dernier regard derrière elle où le barrage de gardes venait de céder, le troupeau commencait à déferler entre les tentes, les gens couraient dans tout les sens en criant. La tigraine banda son arc et partit en arrière afin de poursuivre son chemin avec le groupe. Elle courrut le plus vite possible et donna elle aussi des coups d'arc lorsqu'un drufac tentait de l'attraper.
Elle suivit du regard son ami Nimar qui avait ouvert la danse et qui se démenait à leur ouvrir un passage dans la cohue. Celui ci vit sa route être barrée par un homme-sanglier qui leva haut sa massue espérant l'abbatre sans pitié sur Nimar, Chaya réagit directement en tirant une flèche dans ses bourses. L'enemi poussa un hurlement strident et tomba sur le côté, insitant le petit groupe à reprendre leur course à travers le camp. La trigraine couvrait les deux premiers.
La sortie se présentait à environ cinquantes mètres, ils durent éviter les combats entre hommes et drufac mais petit à petit, les occupants barbares avaient placé un piège. Ils avaient tendu une corde et les gens en fuite se prenaient dedans par centaine pour être frappés et fouillés ensuite. Nimar avait-il seulement remarqué ?

•————————————•

"Le beauté de la vie, dépend de ton regard"
avatar
Chaya
Bon
Bon

Race : Tigrain
Classe : Druide

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le début de la fin d'un long voyage.

Message  Nimar Ombrien le Dim 14 Jan 2018 - 20:25

Au milieu de la mêlée, les réfugiés saisirent toute arme possible et pendant leur fuite frappaient les drufacs sur le chemin. Mais leur haut nombre ne leur permettait que difficilement le passage. Comme la Naga l'avait dit plus tôt, hier ils se sont bourrer la gueule, aujourd'hui ils ont vraiment faim. Voyant la proximité de la sortie, je pressais le pas au côté du demi sang. Ce dernier mit le pieds dans une corde, un cercle placé au sol sur le quel un Drufac tira pour refermer le cercle et faire tomber mon compagnon, je baissais alors ma garde et me fit piéger de même. Les sauvages tiraient avec trop de vivacité pour que je puisse couper la corde sans risque. Deux drufacs s'approchèrent alors et me saisirent. Je me debattais pour leur compliquer la tâche mais l'un d'eux me frappa violemment au visage. Sur quoi je fit mine d'être assommé malgré la douleur. Ceux ci me lachèrent alors pour me fouiller tranquillement. Je saisi alors ma dague et la jetai sur la corde me libérant ainsi. Un Drufac à ma droite saisit sa massue de la main gauche et tenta de me frapper de la main droite en parallèle. Je tendis alors ma cape pour bloquer son coup et enrouler le tissu autour de son bras. Je plaçais ensuite mes jambes sur ses épaules pour le laisser me soulever en se levant. Le deuxième n'eut pas le temps de réagir et dégaina sa hache en nous poursuivant. Désarmé, je parvint à user de mes griffes pour crever les yeux de l'ennemi avant de l'envoyer valser.leu deuxième tenta un revers de coup de hache que je bloquai en plaçant mon coude sur son poignet lui infligeant une douleur à cet endroit. Tandis qu'il reculait, j'allai me saisir de ma dague pour aller aider le demi-sang.

Le demi-orc avait réussi à se libérer de ses liens et à abattre ses ennemis. Nous nous sommes alors rejoint vers la dryade et l'homme lézard ainsi que Chaya qui depuis avait parcouru son petit chemin...

-Il n'y a plus de piège devant la sortie, vous pouvez vous enfuir.

-Quoi? Et vous? Vous venez pas?

-Non, on est tous bientôt citoyens, dans trois jours une caravane passe et je suis prioritaire. Je vais pas laisser passer ça. Et puis venir avec toi...

-On peut aider les soldats. En abattant un des chefs drufacs, ils fuiront tous et jamais plus la garde ne se montrera négligente face à eux. Les renforts vont bientôt arriver. Fuyez tant que vous en avez l'occasion.

-...J'espère qu'on se retrouvera un jour. Bonne chance.

Le demi sang fit une légère inclinaison en signe de respect avant d'ouvrir la marche aux deux autres. Je pris Chaya par le bras et l'entraînais en direction de la plage.

Les dégâts sur spéropoleos étaient assez élevés mais la garde n'aura que peu de mal à remettre tout cela en place. Les pertes de vie sont faibles et c'est surtout des biens qui ont été detruits. La dernière chose que je vit est une troupe de vingt archers lourds repousser à eux seuls toute la tribue des drufacs au rythème d'une fleche par seconde. Il n'est pas absurde de penser que Darsa, Renek' et le demi sang aient survécu. Dieux seuls savent si la mort de quelques migrants fera du bruit. Si les rares gardes ayant perdu la vie ou subit des blessures graves feront naître du doute en la sécurité. Il s'agissait après tout d'une tribue exceptionnellement grosse. Je ne cessais de me demander si les migrants seraient pleuré ou ignorés. Le roi de Telbara ira sans doutes étouffer l'affaire pour éviter des mouvements de foule à la con du genre "augmentez la securité a speropoleos"... ou alors se contentera-t-il de rembourser les biens des habitants pour les faire taire? Tout cela appartient au futur. Je verrais bien de retour

•————————————•
dans ce monde, te tuer serait un acte altruiste...
avatar
Nimar Ombrien
Bon
Bon

Race : Tigrain
Classe : Voleur

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le début de la fin d'un long voyage.

Message  Chaya le Mer 17 Jan 2018 - 10:01

Nimar et Chaya quittèrent donc le camp de Spéropoleos ainsi que leurs amis évadés. La tigraine suivit son guide à travers les pentes abruptes d'herbes sèches, de buissons et de rochers. Elle sentit directement le vent salé sur sa peau ainsi que l'air frais de la nuit maritime. Plus ils s'approchaient de l'océan, plus Chaya pressait le pas, impatiente de rencontrer cette étendue d'eau à perte de vue.
Ils dévalèrent donc la colline puis elle sauta à pieds joints dans le sable, curieuse comme une enfant. Chaya se baissa pour toucher les milliards et milliards de petits grains blancs que peuplaient la plage et les renifla interloquée. Soudain, elle s'allongea dedans et fit de longs roulés-boulés en riant, ça ne faisait même pas mal et s'était plutôt confortable même ! Juste pour essayer, elle en lança sur Nimar et éclatat de rire en voyant sa tête.
Enfin, elle se releva et s'approcha du bord de l'eau paisible où de petites vagues avançaient et reculaient sur ses pieds. D'abord elle goûta l'eau et la recrâcha instantanément en grimaçant, trop salée, incroyable ! Puis elle se tourna vers son ami, tendant le bras vers l'horizon :

- Nimar ! Quoi avoir au loin ? Nous nager jusque la lune ?

Oui ... Elle croyait fortement nager jusqu'à la Lune et alors ?! Puis elle mit ses mains sur ses hanches et observa les alentours, stupéfaite. S'était le plus bel endroit qu'elle n'avait jamais vu, elle ressentait également une paix platonique, un silence pesant que lui rappelait sa forêt. Soudain, les paroles du champiz dont elle avait partagé son chemin quelques semaines auparavant jaillirent dans son esprit. La tigraine baissa les yeux, était-ce le bon moment pour lui dire ? :

- Nimar...

Chaya cherchait ses mots, ne se rappelant pas très bien comment les prononcer mais elle savait que s'était important :

- Moi dés... Désoulée que toi suivre moi. Bégaya t-elle en cherchant ses mots. Pourquoi toi partir de ta maison ?

Pour une fois qu'elle avait fait une phrase plutôt correcte ! Chaya se mit à lui sourire, quelque peu mal à l'aise, le voyage touchait à sa fin et elle constatait qu'elle aimait bien ce Nimar de Telbara car il avait été courageux .

•————————————•

"Le beauté de la vie, dépend de ton regard"
avatar
Chaya
Bon
Bon

Race : Tigrain
Classe : Druide

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le début de la fin d'un long voyage.

Message  Nimar Ombrien le Mer 17 Jan 2018 - 22:02

La nuit était tombée il y a bien des heures lorsque nous atteignîmes la plage. L'adrénaline procuré par les récentes actions ne nous laissèrent pas le temps de calculer le mal que nous aurons à nous lever le lendemain. Je regardais la lune en cherchant un lieu propice pour dormir à cause des événements plutôt fatigants aux quels nous avons échapper. Je vis alors Chaya se mettre à jouer dans le sable, chose qu'elle n'avait probablement jamais côtoyer et qui attirait son attention comme une taverne attire la mienne. Je n'ai jamais compris et ne comprendrais jamais l'amour qu'ont les enfants et même adultes pou le sable, ça colle au poile, ça gratte et rien n'y pousse. Innutile de dire que je ronchignais ne serait ce qu'a en avoir sur les pieds du moins jusqu'au moment où Chaya eu la bonne idée de forcer le pas avec un tas de sable directement au cou. En réponse j'adressait un regard entre la stupeur et l'outrage le tout rendu ridicule par une incompréhension comme jamais vue depuis bien longtemps. J'avais maintenant du sable dans le cou pour la nuit et la possibilité de me laver avec de l'eau salée: tout était parfait pour passer une bonne nuit.

Alors que je m'apprêtais à faire une remarque sur le fait que le sable dans le cou est terriblement gênant, Chaya me lança un joyeux...

- Nimar ! Quoi avoir au loin ? Nous nager jusque la lune ?

Nager jusqu'a la lune? Nager? Drôles d'idées qui poussèrent la reponse suivante...

-au loin on voit... ben loin. Et on nage pas, on pionce, demain on marche jusqu'a Telbara... j'espère que tu aimes marcher. Allez bonne nuit le crabe.


Je désirais, à ce moment précis, fermer les yeux et me laisser simplement porter par mes rêves et le feu de camp bien chaud que je m'apprêtais à allumer avant de me rendre compte que les faibles brindilles ne donneront pas un beau brasier tout chaud  pour la nuit...

- Nimar...

Ce fut mon nom prononcé par Chaya qui me jeta hors de mes rêves éveillé. Son ton était devenu bien plus grave que lorsque je l'avais laisser à son sable. Quelque chose semblait la tracasser et m'attira.

- Moi dés... Désoulée que toi suivre moi. Me dit-elle en hésitant comme ce n'est pas permis.Pourquoi toi partir de ta maison ?

Maison? Quelle maison? Je ne dort que dans les tavernes soit entre les ivrognes soit entre les draps d'une chambre pas chère. Je n'ai vécu nulle part depuis la mort de ma mère et ce n'est pas plus mal. Une habitation limiterait ma portée sous le nom de chasseur de prime. Sa question avait du sens mais je ne pouvais lui donner une réponse adapter, totallement vrai. Je me contentais donc de survoler l'élément déclencheur...

-J'ai tabasser un noble quand j'étais bourré alors il a engager des assassins.

Cette réponse ne satisfaisait probablement pas mon compagnon dans sa curiosité surtout que je n'avais rien à lui demander en retour. Je me contentais donc de puiser dans quelques rations pour aller dormir sur du sol non apparenté à du sable.

•————————————•
dans ce monde, te tuer serait un acte altruiste...
avatar
Nimar Ombrien
Bon
Bon

Race : Tigrain
Classe : Voleur

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le début de la fin d'un long voyage.

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum